DCB/DBC Mobile beta
+

FR:Special Projects

FR:UNDEF:public_sidebar_whats_new_caption

FR:UNDEF:public_sidebar_new_caption

FR:UNDEF:public_sidebar_updated_caption

FR:UNDEF:public_sidebar_bio_of_the_day_caption

MARLING, ALEXANDER – Volume XI (1881-1890)

décédé le 12 avril 1890, à Toronto

La Confédération

Le gouvernement responsable

Sir John Alexander Macdonald

De la colonie de la Rivière-Rouge au Manitoba (1812–1870)

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports et sportifs

Les Fenians

Les femmes dans le DBC/DCB

FR:UNDEF:public_special_conferences_1864_caption

FR:UNDEF:public_special_essays_caption

FR:UNDEF:public_special_acadians_caption

FR:UNDEF:public_special_explorers_caption

FR:UNDEF:public_special_war_of_1812_caption

FR:UNDEF:public_special_wartime_pms_caption

FR:UNDEF:public_special_ww1_caption

VIGNAL (Vignar, Vignard, Vignart), GUILLAUME, prêtre, sulpicien, chapelain des Ursulines de Québec, économe du séminaire de Saint-Sulpice à Montréal, né vers 1604 (L. Le Jeune) ou 1615 dans le diocèse de Périgueux (0. Maurault), tué par les Iroquois le 27 octobre 1661.

Sa vie avant 1648 est mal connue. D’après Le Jeune, il aurait été ordonné prêtre vers 1628. Selon 0. Maurault, il serait venu au Canada dès 1641 comme prêtre séculier pour desservir des missions dans le golfe du Saint-Laurent. De toute façon, le 13 septembre 1648, nous le trouvons à Québec en qualité de chapelain des Ursulines, fonction dans laquelle il remplaça René Chartier, qui était retourné en France l’année précédente. Recevant des Ursulines une rétribution annuelle de 100 francs, il se consacra à diverses tâches en faveur de la communauté, faisant, entre autres choses, défricher leur métairie de Saint-Joseph. En 1653, il reçut de Louis d’Ailleboust un arpent de terre dont il fit donation aux Ursulines le 4 octobre 1655, « etant sur le point de s’embarquer pour la France », voyage dont il revint dès 1656. Lors d’une visite de la côte de Beaupré par Louis d’Ailleboust, alors gouverneur intérimaire, Vignal l’accompagna et bénit, le 13 mars 1658, « la place de l’église du Petit Cap » (la future église de Sainte-Anne de Beaupré), le gouverneur posant la première pierre. Suivant les conseils de M. de Queylus [V. Thubières], l’abbé Vignal décida de s’enrôler dans la Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice, ce qui l’obligea à repasser en France dans la même année.

Il revint au Canada en compagnie du sulpicien Jacques Le Maistre le 7 septembre 1659 pour s’établir à Ville-Marie. Après l’assassinat de Le Maistre en août 1661, il le remplaça à l’économat du séminaire de Saint-Sulpice. Deux mois ne s’étaient pas écoulés qu’il subissait le sort de son confrère des mains des mêmes ennemis. Pressé d’achever le séminaire alors en construction, il s’était transporté, le 25 octobre 1661, avec un groupe d’ouvriers, à l’île à la Pierre pour y ramasser les matériaux nécessaires, lorsqu’une bande d’Iroquois les y surprirent. Dans la mêlée qui suivit l’attaque, Vignal fut gravement blessé, capturé et emmené par les Indiens avec trois prisonniers : un nommé Dufresne, le colon René Cuillerier* et Claude de Brigeac. Ayant jugé Vignal trop atteint pour survivre, les Iroquois l’avaient achevé deux jours plus tard près du Cap-de-la-Madeleine. Après l’avoir scalpé, ils auraient rôti et mangé sa chair.

À la lumière des documents de l’époque, on devine chez Vignal un caractère brave, dévoué, rempli d’humilité. Trop confiant, toutefois, Vignal sembla parfois manquer de prudence et de prévoyance. Emporté par son zèle de terminer le séminaire, il avait en effet négligé des avertissements de la présence iroquoise dans l’île qui lui auraient permis d’éviter le massacre. Selon Jérôme Lalemant « sa vie estoit d’une tres-douce odeur à tous les François par la pratique de l’humilité, de la charité & de la penitence ; vertus qui estoient rares en luy & qui le rendoient aimable à tout le monde ». Les Ursulines l’avaient beaucoup estimé et avaient vivement regretté son départ.

Olga Jurgens

ASQ, Polygraphie, III : 38.— Dollier de Casson, Histoire du Montréal, 138–140, 162–165, 241.— JJ (Laverdière et Casgrain), 232s. et passim.— JR (Thwaites), XLII : 156 ; passim.— Gabriel Debien, Liste des engagés pour le Canada au XVIIe siècle (1634–1715), RHAF, VI (1952–53), 387.— Le Jeune, Dictionnaire.— Olivier Maurault, Marges dhistoire (3 vol., Montréal, 1929–30), III : 189–196.— P.-G. Roy, La Ville de Québec, I : 236 (fac-similé de la signature de Vignal).— Les Ursulines de. Québec, I : 67, 227, 231, 238–240.

Bibliographie générale

FR:Citations

FR:UNDEF:public_citation_style_default FR:

Information to be used in other citation formats

Permalink: http://www.biographi.ca/fr/bio/vignal_guillaume_1F.html
Author of Article:   Olga Jurgens
Title of Article:   VIGNAL, GUILLAUME
Publication Name:   FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 1
Publication Details:   FR:UNDEF:public_citation_publisher, 1966
Year of publication:   1966
Year of revision:   1986
Access Date:   12 avril 2021