DCB/DBC Mobile beta
+

WELDON, ISAAC HILLOCK, industriel, né le 17 novembre 1874 près de Bowmanville, Ontario, fils de James Weldon et de Derenda Rooney, cultivateurs ; en 1905, il épousa Georgia Jones, d'Alexandria, Indiana, et ils n'eurent pas d'enfants ; décédé le 17 octobre 1928 à Toronto.

Isaac Hillock Weldon était tout jeune lorsque ses parents, immigrants irlandais, s'installèrent avec leur nombreuse famille dans une ferme située au sud de Woodstock, en Ontario. C'est dans cette localité qu'il fit ses études secondaires. Parti ensuite pour Toronto, apparemment en vue d'étudier la médecine, il travailla plutôt avec son frère aîné, Thomas Andrew, qui y dirigeait le bureau de la Compagnie E. B. Eddy, grande productrice de papiers fins [V. Ezra Butler Eddy*]. En 1899, il quitta cette société pour occuper le poste de représentant des ventes en Amérique du Nord à la Laurentide Paper Company Limited, qui faisait du papier journal à Grand-Mère, dans la province de Québec. Quatre ans plus tard, il devint directeur des ventes dans une entreprise de la Nouvelle-Angleterre qui fabriquait de la pâte de bois chimique, la Burgess Sulphite Company Limited.

En 1909, Weldon fit équipe avec une poignée d'industriels américains des pâtes et papiers qui, sous la direction de son vieil ami Smith Frederick Duncan, étaient les propriétaires de la Bryant Paper Company de Kalamazoo, dans le Michigan. Ce groupe forma la St Lawrence Paper Mills Company Limited à Toronto afin d'acquérir l'usine de papiers fins d'une entreprise en faillite, la Cornwall Paper Company de Mille Roches (Long-Sault, Ontario). Nommé président, Weldon élut domicile à Toronto avec sa femme. En 1910, le même groupe, auquel s'était joint Thomas Andrew Weldon, acheta la Montrose Paper Mills Limited à Thorold et la Barber Paper and Coating Mills Limited à Georgetown [V. John Roaf Barber*]. L'année suivante, en grande partie sur l'initiative d'Isaac Hillock Weldon, fut créée à Merritton (St Catharines) l'Interlake Tissue Mills Limited, dont il serait vice-président jusqu'à son décès. Puis, en 1913, les mêmes associés firent constituer juridiquement la Provincial Paper Mills Company Limited, sous la présidence de Weldon, pour regrouper les activités de la St Lawrence, de la Montrose et de la Barber. Grâce à Weldon, la Provincial Paper Mills Company se hisserait parmi les plus gros producteurs canadiens de papiers édition et écriture et de papiers couchés, et se taillerait une place bien à elle dans l'industrie.

Occupé avant tout par ses affaires – il appartenait au Bureau de commerce de Toronto et à l'Association des manufacturiers canadiens –, Weldon s'adonnait quand même au bénévolat, comme bon nombre de ses contemporains. Membre du conseil d'administration de l'Hospital for Sick Children, il soutenait la Toronto Playgrounds Association, l'Art Gallery of Toronto et le Boys' Industrial Home de Bowmanville. Dans ses moments de loisir, il fréquentait le National Club, le Granite Club, le Lakeview Golf Country Club et le Royal Canadian Yacht Club. En outre, il entretenait une coûteuse propriété champêtre, Summit Farm, au nord de Richmond Hill. Selon un biographe, c'était « un homme aux goûts simples, un compagnon charmant, aux multiples facettes », qui avait un « humour mordant » et « montrait beaucoup de tolérance pour les fautes d'autrui ».

Weldon incarnait la mentalité progressiste du milieu des affaires de son époque : son point fort était non pas la compétence technique mais l'esprit d'entreprise. Contrairement au papier journal – produit fabriqué par la plupart des papetières du pays et vendu en franchise aux États-Unis –, les papiers fins manufacturés par les compagnies de Weldon (surtout pour les livres et magazines) étaient assujettis à des droits de douane prohibitifs. Cette situation l'obligea à se concentrer sur le marché intérieur, assez petit, où l'un des clients de la Provincial Paper Mills Company, la société Eaton, avait besoin de grandes quantités de papier pour ses fameux catalogues. Pour mieux se positionner sur le marché, Weldon diversifia sa gamme de produits et favorisa la collaboration entre producteurs. Cofondateur de la Canadian Pulp and Paper Association en 1913, il en fut le premier vice-président l'année suivante et le président en 1915. Sous son égide, la Provincial Paper Mills fut l'une des premières à s'inscrire, en 1918, à la Canadian Paper Trade Association, qui représentait les quelques producteurs de papiers fins et bon nombre des fabricants de produits en papier du Canada, dont la W. J. Gage and Company [V. sir William James Gage]. Pour maximiser les profits des membres et protéger ceux-ci contre d'éventuels concurrents, l'association divisa le pays en zones de ventes, mit au point des règles de normalisation des produits et appliqua des directives communes sur les ventes. Ces mesures entraînèrent une augmentation soutenue de la consommation, limitèrent l'entrée en scène de nouveaux producteurs et stabilisèrent les bénéfices.

Toujours pour raffermir sa position, Weldon pratiqua aussi l'intégration verticale. La Provincial Paper Mills Company avait la mainmise sur trois usines qui transformaient la pâte en papier, mais elle continuait d'acheter sa pâte sur le marché libre. Dans le courant des années 1916–1917, Weldon s'employa à corriger cette faiblesse en créant une filiale dont il assuma la présidence, la Port Arthur Pulp and Paper Company Limited, et en faisant construire à Port Arthur (Thunder Bay, Ontario) une usine qui, avec de l'épinette, fabriquerait la pâte au bisulfite dont avaient besoin les autres usines de la Provincial Paper. En 1920, lui-même et ses associés firent constituer juridiquement une nouvelle entreprise – appelée Provincial Paper Mills Company Limited et ayant aussi Weldon à sa tête – afin de combiner officiellement les valeurs et les éléments d'actif de la Provincial Paper et de la Port Arthur Pulp and Paper.

Dans ses relations avec le gouvernement de l'Ontario, Weldon usa amplement des talents d'administrateur qui avaient fait sa réputation. En 1917, la Provincial Paper Mills Company avait essayé en vain d'obtenir aux enchères une concession de bois à pâte pour approvisionner sa future usine de Port Arthur. Après d'autres tentatives infructueuses en vue de s'assurer un approvisionnement à long terme en bois – condition essentielle à l'exploitation d'une usine de pâtes et papiers –, Weldon adopta en 1920 une nouvelle stratégie vis-à-vis du gouvernement des Fermiers unis, élu depuis peu et dirigé par Ernest Charles Drury*. La Provincial Paper redemanda une vaste concession, mais cette fois Weldon menaça de priver de papier les éditeurs de magazines si le gouvernement ne lui donnait pas satisfaction. Regroupés autour de Harold Theodore Gagnier, du Saturday Night de Toronto, les éditeurs insistèrent auprès de Drury pour qu'il se rende au souhait de la Provincial Paper. En même temps, celle-ci présenta une offre spéciale. Traditionnellement, le département de l'Éducation avait du mal à acheter, à des prix qu'il jugeait raisonnables, la quantité de papier nécessaire pour ses manuels. La Provincial Paper proposa de fournir le papier en échange de la concession forestière. À compter de l'entente conclue en juillet 1921, la Provincial Paper fut assurée d'avoir plus de bois qu'il ne lui en fallait.

En 1927, la Dominion Securities de Toronto acheta les actions ordinaires de la Provincial Paper Mills Company Limited, ce qui lui permit d'en prendre le contrôle et mit fin à l'association d'Isaac Hillock Weldon avec l'entreprise. À ce moment-là, il était reconnu comme l'un des pionniers de l'industrie moderne des pâtes et papiers au Canada. Décédé à Toronto en 1928, il fut inhumé au cimetière Mount Pleasant.

Mark Kuhlberg

AO, F 229-35, box 1, item 5, paper contract, 1914 ; RG 3-4-0-86 ; RG 22-305, nº 60364 ; RG 80-8-0-1087, nº 6720.— BAC, RG 31, C1, 1871, Darlington Township, Ontario, div. 2 : 8.— Ontario, Ministry of Natural Resources, lands and waters branch, crown land registry (Peterborough, Ontario), Crown land files, files 9457, 11217, 12156, 18284, 61304.— Globe, 18 oct. 1928.— Annuaire, Toronto, 1892–1915.— Canadian Pulp and Paper Assoc., A handbook of the Canadian pulp and paper industry (Montréal, 1920).— Pulp and Paper Magazine of Canada (Gardenvale, Québec), 26 (1928) : 1477s. ; 27 (janv.–juin 1929), « International number » : 67.— Standard dict. of Canadian biog. (Roberts et Tunnell).— Who's who and why, 1919/1920.— Who's who in Canada, 1925/1926.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Mark Kuhlberg, « WELDON, ISAAC HILLOCK », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 15, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 31 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/weldon_isaac_hillock_15F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/weldon_isaac_hillock_15F.html
Auteur de l'article:   Mark Kuhlberg
Titre de l'article:   WELDON, ISAAC HILLOCK
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 15
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   2005
Année de la révision:   2005
Date de consultation:   31 octobre 2014