DCB/DBC Mobile beta
+

Dans le cadre de l’accord de financement entre le Dictionnaire biographique du Canada et le Musée canadien de l’histoire, nous vous invitons à participer à un court sondage.

Je veux participer maintenant.

Je participerai plus tard.

Je ne veux pas participer.

J'ai déjà participé au sondage.

CARON, CHARLES (il signait curieusement Charle Caront), cultivateur et homme politique, né le 3 janvier 1768 à Saint-Roch-des-Aulnaies, Québec, fils de Michel Caron et de Marie-Josephte Parent ; décédé le 30 janvier 1853 à Yamachiche, Bas-Canada.

Charles Caron est encore adolescent lorsque son père se rend au manoir seigneurial de Yamachiche solliciter 800 arpents de terre d’Elizabeth Wilkinson, future héritière usufruitière de Conrad Gugy*, seigneur de Grandpré, de Grosbois-Ouest et de Dumontier. L’affaire est conclue le 21 juillet 1783 pour la somme de £22 000, que Michel Caron remboursera en moins de quatre ans, procédant à son dernier et parfait paiement le 19 février 1787. Les lots qu’il obtient se situent dans la paroisse Sainte-Anne, à Yamachiche, à l’ouest du rang des Vide-Poche, dans ce qui deviendra bientôt le village des Caron. C’est là que comme huit de ses frères Charles Caron se fixe, consacrant les premières années de sa vie à défricher et à mettre en valeur le domaine familial.

On sait peu de chose cependant de l’activité de Caron comme cultivateur, sinon qu’il possède déjà 100 arpents de terre lorsqu’il épouse Marie-Françoise Rivard, à Yamachiche, le 24 février 1794. Au recensement de 1831, il déclare posséder 232 arpents de terre qu’il semble alors exploiter conjointement avec son fils Barthélemy, titulaire lui-même d’un lot voisin de 43 arpents. Ensemble, ils produisent 426 minots de blé et 600 minots d’avoine, et élèvent 22 bêtes à corne, 49 moutons, 18 porcs et 5 chevaux, ce qui les range parmi les plus gros producteurs du comté à l’époque. Quelque 10 ou 15 ans plus tard, Caron aura définitivement abandonné l’agriculture et cédé son exploitation à son fils Barthélemy et à François Ferron, fils de son proche voisin.

Comme plusieurs membres de sa famille, Caron se laisse tenter lui aussi par l’aventure politique. Celle-ci cependant est tardive et de courte durée. Stimulé sans doute par l’exemple de son beau-père Augustin Rivard (Rivard-Dufresne), premier codéputé de la circonscription de Saint-Maurice à la chambre d’Assemblée du Bas-Canada en 1792, et par celui de ses deux frères Michel* et François, qui avaient respectivement représenté la circonscription de 1804 à 1814 et de 1810 à 1814, il décide, à l’âge de 56 ans, de solliciter l’électorat. Élu aux élections générales de l’été de 1824 aux côtés de Pierre Bureau*, marchand de Trois-Rivières, il est défait à celles d’octobre 1830 par le notaire Valère Guillet, de Trois-Rivières, après avoir vécu, comme député, l’une des pires crises politiques de son époque, liée aux abus du gouvernement de lord Dalhousie [Ramsay*]. On ignore tout de son attitude pendant la rébellion du Bas-Canada ; peut-être se borna-t-il à participer à l’assemblée de comté tenue le 26 juillet 1837 sous la présidence de son frère François. Quoi qu’il en soit, il semble s’être retiré de la politique active cette année-là.

Outre Barthélemy, sept enfants naissent du mariage de Caron et de Marie-Françoise Rivard. Parmi eux, Charles-François (1795–1862) sera ordonné prêtre en 1822 et deviendra aumônier des ursulines de Trois-Rivières, Marie-Françoise (1810–1888) entrera chez les ursulines de Trois-Rivières en 1833 et sera élue deux fois supérieure générale, tandis que Victoire épousera André Gérin-Lajoie et sera la mère de Charles Gérin-Lajoie, député à Québec de 1863 à 1867, puis à Ottawa de 1874 à 1878.

Formé musicalement à l’école de Charles Ecuier*, curé de la paroisse Sainte-Anne, à Yamachiche, entre 1802 et 1820, Charles Caron fera partie pendant près de 50 ans des « Chantres de Machiche ». Il mourra aimé et respecté de tous, le 30 janvier 1853, après une courte agonie. Inhumé quatre jours plus tard dans l’église paroissiale, il aura droit à une longue et touchante notice nécrologique dans la Minerve.

Serge Courville

ANQ-MBF, CE1-52, 24 févr. 1794, 3 févr. 1853 ; CN1-60, 21 juill. 1783, 14 févr. 1794.— AP, Saint-Roch-des-Aulnaies, Reg. des baptêmes, mariages et sépultures, 4 janv. 1768.— La Minerve, 8 févr. 1853.— F.-J. Audet, les Députés de Saint-Maurice (1808–1838) et de Champlain (1830–1838) (Trois-Rivières, Québec, 1934).— Raphaël Bellemare, les Bases de l’histoire d’Yamachiche, 1703–1903 [...] (Montréal, 1901).— F.-L. Desaulniers, les Vieilles Familles d’Yamachiche (4 vol., Montréal, 1898–1908).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Serge Courville, « CARON, CHARLES », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 8, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 29 mars 2015, http://www.biographi.ca/fr/bio/caron_charles_8F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/caron_charles_8F.html
Auteur de l'article:   Serge Courville
Titre de l'article:   CARON, CHARLES
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 8
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1985
Année de la révision:   1985
Date de consultation:   29 mars 2015