DCB/DBC Mobile beta
+

DAVIDSON, JOHN ANDREW, pionnier, homme d’affaires, juge de paix, fonctionnaire et homme politique, né le 19 août 1852 à Thamesford, Haut-Canada, fils d’Isaac Davidson et de Chrystann (Christie Anne) Cameron ; le 20 mars 1878, il épousa à Palestine (Gladstone, Manitoba), Sophia Ellen Hamilton, et ils eurent deux fils et trois filles ; décédé le 14 novembre 1903 à Neepawa, Manitoba.

John Andrew Davidson et d’autres membres de sa famille faisaient partie du premier contingent de colons ontariens qui s’établirent à Palestine, au Manitoba, en juillet 1871. Lui-même, son père et au moins un de ses frères occupèrent des terres dans le rang 11 ouest du canton no 14. En 1873, Davidson servit dans une compagnie de volontaires levée dans la région de crainte d’une attaque des Sioux. La même année, à l’âge de 21 ans, il ouvrit l’un des deux premiers magasins généraux de Palestine ; l’autre appartenait à son futur beau-frère, Corydon Partlow Brown*. Comme la plupart des marchands généraux de l’époque, il acceptait des céréales et d’autres produits agricoles en échange de sa marchandise parce que le chemin de fer ne passait pas encore dans la région et que la commercialisation de ces produits était rudimentaire. En outre, il fit la traite des fourrures avec John Alexander McDougall et « un ancien fonctionnaire de la Hudson[’s] Bay [Company], M. Mcgillivray », mais leur association fut brève et infructueuse.

Davidson s’imposa vite parmi ses concitoyens. Dès 1876, il était juge de paix, commissaire à l’assermentation et membre du conseil scolaire protestant. Le secrétariat du Palestine Baseball Club était l’une de ses principales fonctions : les premiers colons ontariens prenaient le baseball au sérieux. En 1877, il fut secrétaire du comité qui réclamait l’érection de Westbourne en municipalité rurale dont Palestine ferait partie. Les municipalités ayant le droit d’offrir des primes en argent comptant aux sociétés ferroviaires, l’érection de Westbourne en municipalité avait pour but de convaincre la Compagnie du chemin de fer occidental de Manitoba de construire sa ligne dans la région. Malgré ce qu’il avait fait pour l’obtention du statut de municipalité, Davidson se classa dernier aux premières élections municipales.

En 1880, il quitta Palestine (qui était devenu Gladstone entre-temps) et, avec son nouvel associé, Jonathan Joseph Hamilton, s’installa à Beautiful Plains (Arden). Sur la terre qu’ils achetèrent dans le rang 15 ouest du canton no 14, ils fondèrent non seulement un magasin, mais tout un village, qui allait s’appeler Neepawa. Afin d’attirer les colons, ils construisirent – outre un bâtiment en brique pour leur magasin – un hôtel, un moulin à farine actionné par la vapeur, une forge et d’autres entreprises. Le magasin prospéra, tout comme le moulin et l’agence immobilière qu’ils avaient lancée. Davidson devint président de la Neepawa Mining Company, de la Register Printing Company (qui éditait le Neepawa Register and Beautiful Plains County Advertiser, à l’origine le Neepawa Canadian), et du Neepawa Curling Club. En prenant de l’âge, il avait délaissé le baseball pour le curling, autre sport favori des premiers colons ontariens. En tant que fondateur de Neepawa, il fut élu au conseil dès l’érection du village en municipalité ; il en serait membre jusqu’à la fin de ses jours, et maire de 1895 à 1900. En 1882, les citoyens de Neepawa donnèrent une prime de 16 000 $ à la Compagnie du chemin de fer du Portage, de Westbourne et du Nord-Ouest dans l’espoir que le chemin de fer traverserait leur village. C’était beaucoup moins que ce que leur voisin et rival, Minnedosa, versa l’année suivante. Minnedosa devint plus peuplé et plus prospère que Neepawa, mais en 1886, à force de dépenser pour s’assurer la plus grande part possible du commerce de l’arrière-pays, le village fit faillite. Dès le début des années 1890, Neepawa déclassait Minnedosa, tant par ses dimensions que par le volume de son activité économique.

Par ailleurs, Davidson fit de la politique provinciale pendant une grande partie de sa vie. Militant du Parti conservateur provincial, il fut membre de sa direction durant des années. En 1881, il représenta à l’Assemblée législative la nouvelle circonscription de Dauphin, et il y fut réélu aux élections générales de 1883. Mis en nomination dans Beautiful Plains en 1886 et en 1888, il fut battu les deux fois. Finalement, il remporta ce siège en 1892 par une petite majorité de 16 voix. Il le perdit en 1896 et ne parvint pas à le reconquérir en 1899. Même s’il n’était pas député, il fut nommé le 10 janvier 1900 trésorier de la province et ministre de l’Agriculture et de l’Immigration dans le gouvernement de Hugh John Macdonald*. Le député libéral de Beautiful Plains s’étant laissé convaincre de démissionner, Davidson fut élu dans cette circonscription en mars 1900. Il demeura en poste lorsque Rodmond Palen Roblin* devint premier ministre, le 29 octobre. Ayant entrepris d’assainir les finances de la province, il parvint, moins d’un an après son entrée en fonction, à effacer le déficit accumulé par les libéraux du premier ministre Thomas Greenway. Dès lors, ses budgets affichèrent un excédent de plus en plus grand, non seulement grâce à la prudence de son administration, mais aussi à une taxe qu’il avait imposée aux entreprises, compagnies de chemin de fer comprises. Il mourut en 1903 au terme d’une longue maladie. Un train spécial fut affrété à Winnipeg pour les membres de l’Assemblée et les fonctionnaires désireux de se rendre à Neepawa pour assister aux obsèques, qui se déroulèrent selon le rituel maçonnique intégral. Roblin lui-même figurait parmi les porteurs.

Très orientées vers le rapide développement commercial des nouveaux établissements agricoles de ce qui était alors le nord-ouest du Manitoba, les affaires de John Andrew Davidson formaient les assises de sa carrière politique. Sa réussite montre combien, dans les premières années d’existence de la province, milieux politiques et promoteurs étaient liés dans les régions rurales.

Wendy Owen

Manitoba, Dept. of Natural Resources, Lands Branch (Winnipeg, Crown Lands Registry, Historic Holders Index, J. A. Davidson (mfm aux PAM).— Provincial Arch. of Alberta (Edmonton), Lovissa McDougall fonds, 1878–1887.— Manitoba Gazette (Winnipeg), 13 avril 1875, 27 mars 1876.— Manitoba Morning Free Press, 28 mars 1878, 14 nov. 1903.— Morning Telegram (Winnipeg), 11 janv. 1900, 14 nov. 1903.— Neepawa Canadian (Neepawa, Manitoba), 1er mars 1884.— Neepawa Herald, 15 sept. 1892.— Annuaire, Manitoba, 1876–1877.— CPG, 1881–1903.— Heritage, a history of the town of Neepawa and district as told and recorded by its people, 1883–1983 ([Neepawa, 1983]).— Margaret Morton Fahrni et W. L. Morton, Third crossing ; a history of the first quarter century of the town and district of Gladstone in the province of Manitoba (Winnipeg, 1946).— Barry Potyondi, « In quest of limited urban status : the town-building process in Minnedosa, 1879–1906 », Town and city : aspects of western Canadian urban development, A. F. J. Artibise, édit. (Regina, 1981), 121–146.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Wendy Owen, « DAVIDSON, JOHN ANDREW », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 13, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 30 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/davidson_john_andrew_13F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/davidson_john_andrew_13F.html
Auteur de l'article:   Wendy Owen
Titre de l'article:   DAVIDSON, JOHN ANDREW
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 13
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1994
Année de la révision:   1994
Date de consultation:   30 octobre 2014