DCB/DBC Mobile beta
+

GODFREY, HENRY HERBERT, musicien, homme d’affaires et compositeur de chansons, né le 9 décembre 1858 à Plymouth, Angleterre, fils d’Annie DeCarteret, domestique, qui épousa par la suite Thomas Godfrey ; le 15 novembre 1884, il épousa Annie Storey, d’Ottawa, et ils eurent trois filles et un fils ; décédé le 18 ou le 19 janvier 1908 à Westmount, Québec.

Henry Herbert Godfrey ne fit pas, à proprement parler, d’études de musique, mais son beau-père, organiste d’église, lui donna des leçons. Doué, dit-on, d’un talent naturel de pianiste, de chanteur et d’amuseur, il passa une bonne partie de sa jeunesse à Guernesey, mais quitta la maison à un âge précoce pour entrer dans une troupe de vaudeville en Angleterre. En 1874, il rejoignit sa famille, qui avait immigré à Montréal. Il travailla chez un facteur de pianos, fut organiste à l’église St Stephen (St Edward) et fonda un orchestre qui jouait dans des spectacles de vaudeville.

À l’époque où Godfrey se lança dans les affaires, la facture de pianos et d’orgues ainsi que la publication de partitions étaient florissantes, et il finit par se faire connaître dans les cercles d’affaires et de musique. En 1883, il s’installa à Ottawa à titre de vendeur de pianos pour la firme d’Abraham* et de Samuel Nordheimer. En 1888, il passa chez un concurrent, la Mason and Risch de Toronto. C’est pendant qu’il était employé de cette maison qu’il produisit, pour l’année 1897, A souvenir of musical Toronto ; l’année suivante, il le réédita sous le titre de Musical Toronto. Ces publications contenaient des notices biographiques de musiciens, la liste des sociétés musicales de la ville et de la réclame pour la Mason and Risch. Par la suite, il fut directeur chez un autre facteur de pianos, la maison Gourlay, Winter, and Leeming.

La fin du xixe siècle fut une période faste pour les éditeurs de musique, car les morceaux d’agrément et les chants patriotiques, deux genres dans lesquels Godfrey se fit connaître en tant que compositeur, étaient de plus en plus en demande. La maison Nordheimer publia une quinzaine de ses danses et marches pour élèves de piano. Le comité des recueils de chansons de la University of Toronto lui décerna une médaille d’or pour la pièce qu’il présenta à un concours en 1898. Ce morceau, Toronto, or the pride of the north, allait paraître, sous des titres différents, dans plusieurs autres recueils de chants destinés aux collèges. En définitive cependant, ce fut grâce à des airs patriotiques, dont il avait le plus souvent écrit aussi les paroles, qu’il connut une renommée nationale. En 1897, il lança le Pays de l’érable ; publiée en version anglaise et française, cette chanson se vendit à plus de 100 000 exemplaires et, selon sa notice nécrologique, rivalisait en popularité avec The maple leaf for ever d’Alexander Muir, qui datait de 1867. Tandis que Muir célébrait les victoires et les réussites des Britanniques, Godfrey disait que la rose et le chardon, le trèfle et le lis fleurissaient tous dans un même jardin sous l’érable, ce qui, bien entendu, plaisait davantage à la population francophone. The men of the north, qui parut aussi en 1897 et dont le texte célébrait la force, la liberté et la fierté nationale – attributs associés à l’Empire britannique et au mythe des races nordiques – remporta un succès aussi phénoménal. Toute une génération d’écoliers chanta les chansons de Godfrey à l’occasion des visites royales, du Jour de l’Empire et d’autres événements spéciaux. Selon l’auteur de sa notice nécrologique, ses chansons, dont plusieurs furent composées pendant la guerre des Boers, respiraient un « fervent patriotisme ». Dix-huit de celles qu’il avait déjà publiées parurent en 1902 dans un recueil intitulé Canadian patriotic songs and melodies. Apparemment, aucune de ses chansons n’a jamais été enregistrée.

En 1903, Henry Herbert Godfrey retourna à Montréal, où il dirigea un commerce de pianos, la C. W. Lindsay and Company. Lorsqu’il se mit au lit, le soir du 18 janvier 1908, il était « dans son état normal » ; le lendemain matin, on le trouva mort. Il venait « à peine de terminer » la compilation d’une série de chants nationaux du Canada qui devait paraître à Édimbourg dans une collection internationale de chants patriotiques.

J. Paul Green

Les informations généalogiques concernant Henry Herbert Godfrey, y compris un manuscrit dactylographié sans date intitulé « Some family background » préparé par sa fille Ethel Godfrey Main, se trouvent en la possession d’une petite-fille, Mme Frederick Morton de Wakefield, Québec. Une copie de l’ébauche de Mme Main est dans le dossier Godfrey à la Bibliothèque nationale du Canada, Music Div. (Ottawa).

L’édition de 1897 de A souvenir of musical Toronto, compilée par Godfrey (Toronto, 1897), est disponible à la Bibliothèque nationale et à la HPL ; cette dernière copie a été reprise sur microfiche par l’ICMH (sér. no 13872). Le seul exemplaire connu de l’édition de 18971898, intitulé Musical Toronto et publié en 1898, se trouve à la New York Public Library. Certaines de ses chansons, dont « The land of the maple » et « The men of the north », sont reproduites dans l’édition révisée de The University of Toronto song book, J. E. Jones, édit. (Toronto, 1918).

AN, MG 29, D77.— Gazette (Montréal), 20 janv. 1908 : 14.— Montreal Daily Star, 20 janv. 1908 : 1.— Encyclopedia of music in Canada (Kallmann et al.), 381, 729–730.— M. F. Mallon, « Musical Toronto in the eighteen nineties », York Pioneer (Toronto), 73 (1978), no 2 : 19.— E. B. Moogk, Roll back the years : history of Canadian recorded sound and its legacy, genesis to 1930 (Ottawa, 1975).— Frances Roback, « Advertising Canadian pianos and organs, 1850–1914 », Bull. d’hist. de la culture matérielle (Ottawa), 20 (1984) : 31–44.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

J. Paul Green, « GODFREY, HENRY HERBERT », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 13, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 23 août 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/godfrey_henry_herbert_13F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/godfrey_henry_herbert_13F.html
Auteur de l'article:   J. Paul Green
Titre de l'article:   GODFREY, HENRY HERBERT
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 13
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1994
Année de la révision:   1994
Date de consultation:   23 août 2014