DCB/DBC Mobile beta
+

HAMM, ALBERT, pêcheur et rameur, né en 1860 à Sambro, Nouvelle-Écosse ; décédé le 22 juin 1891 au même endroit.

Au moment où Albert Hamm entreprit sa carrière professionnelle de rameur, à la fin du xixe siècle, les avironneurs canadiens, tels Edward Hanlan*, Samuel Hutton et William Joseph O’Connor, étaient parmi les meilleurs au monde. Halifax était une pépinière de rameurs professionnels, le port de Halifax et le bassin de Bedford étant le théâtre de nombreuses compétitions. Comme l’aviron faisait partie intégrante de la vie de bien des gens de la région, surtout s’ils exerçaient le métier de pilotes de port ou de pêcheurs, plusieurs atteignirent une renommée internationale dans la pratique de ce sport. On croyait que Hamm suivrait les traces de héros locaux comme George Brown et Warren Smith. Pêcheur comme son père et né dans le même village que Smith, Hamm, dont on dit plus tard qu’il était un « rameur des plus adroits et des plus rapides qui aient avironné dans le bassin de Bedford », semblait promis à un brillant avenir.

Hamm participa pour la première fois à une compétition professionnelle dans le port de Halifax, le 1er août 1880, dans le cadre du championnat annuel de course à deux avirons pour un rameur, épreuve que le docteur Charles Cogswell avait lancée dans les années 1850. Ses adversaires étaient Smith et John Mann, ce qui se révéla un début fâcheux pour sa carrière. Malgré les encouragements de Smith, il paraissait nerveux et ne parvint pas à ramer en ligne droite ; le même problème allait lui arriver dans d’autres courses individuelles. Finalement, son bateau fut submergé et il dut se retirer de la compétition. Il défia cependant le vainqueur, Mann, et réussit à le battre le mois suivant.

Au printemps de 1881, le Bostonien William Spelman devint l’entraîneur de Hamm, qui commença à participer à des compétitions sous les auspices de la Halifax Rowing Association. Cette année-là, il remporta le championnat du port, exploit qu’il allait répéter plusieurs fois par la suite. Un autre membre de l’association, Peter Conley, devint son partenaire dans les courses à deux avirons pour deux rameurs. Bien assortis sous le rapport de la taille et du poids, ils formaient une bonne équipe : en 1881, aux Toronto Citizens’ Regatta, ils sortirent vainqueurs de la compétition pour deux rameurs contre Jacob Gill Gaudaur* et l’Australien Edward Trickett. Au cours de ces régates, Hamm se classa avant Gaudaur dans l’épreuve éliminatoire de la course pour un rameur, mais il arriva quatrième dans la compétition elle-même.

Après la dissolution de la Halifax Rowing Association, Hamm et Conley allèrent s’entraîner aux États-Unis. Hamm passa l’hiver de 1883–1884 à New Bedford, au Massachusetts. Il participa à des régates et à des défis sportifs aux États-Unis et au Canada, et il pratiqua l’aviron en Angleterre. Au cours de ses 11 années de carrière, il se rangea parmi les meilleurs rameurs professionnels. Il termina parmi les trois premiers dans plusieurs courses et remporta des compétitions contre James Ten Eyck, de Peekskill, dans l’état de New York, en 1884 et contre le champion anglais George Bubear en 1887. Le 3 août 1889, Hamm et John Teemer, champion américain de course pour un rameur, battirent Gaudaur et John McKay au championnat américain de course à deux avirons pour deux rameurs. L’été suivant, dans des compétitions à quatre, Hamm fit équipe avec Gaudaur, McKay et Ten Eyck ; après une chaude lutte, ils remportèrent la victoire contre Hanlan, Teemer, George Hosmer et H. Wise à Duluth, au Minnesota. Quatre ans auparavant, avec Hanlan, Teemer et Ten Eyck, Hamm avait battu, sur la Tamise, une équipe anglaise renommée, ce qui montre que les rameurs n’avaient pas toujours les mêmes partenaires.

Même s’il remporta un certain succès au niveau international, Hamm ne parvint pas à devenir, comme on l’avait espéré, un rameur aussi remarquable que George Brown. Thomas Spelman, frère de son entraîneur et membre important de la Halifax Rowing Association, alla jusqu’à laisser entendre que c’était une « poule mouillée » lorsqu’il s’agissait de concourir pour de l’argent et qu’il ne « pourrait jamais se débrouiller aussi bien dans un match qu’à l’entraînement ». Selon Spelman, il était meilleur en équipe de deux ou quatre que seul.

En octobre 1890, Albert Hamm faisait partie d’une équipe de quatre rameurs de Halifax qui releva le défi d’une équipe de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, et perdit. Selon le Morning Herald de Halifax, ce fut sa dernière course. Comme Ham avait aidé Teemer et Gaudaur à se préparer en vue de certaines compétitions, le Lurline Boat Club de Minneapolis, au Minnesota, l’engagea à titre d’entraîneur pour la saison 1891. Cependant, l’aggravation de son état de santé (il souffrait de tuberculose) l’obligea à abandonner son poste et à retourner à Sambro ; il y mourut d’une « hémorragie des poumons » en juin 1891. Le qualifiant de « modeste, intelligent, tempéré dans ses habitudes », l’Acadian Recorder nota que sa mort inspirerait « beaucoup de regret [...] parmi les admirateurs de la course professionnelle à l’aviron ».

Lisa Timpf

Acadian Recorder, 24 juin 1891. — Globe, 22 juin, 2, 10, 12 sept. 1881. — Morning Herald (Halifax), 9 août, 23 sept. 1880, 18 avril 1889, 23, 26–27 juin 1891. — W. R. Rivers, « The rise and fall of amateur rowing on the North West Arm » (thèse de m. sc., Dalhousie Univ., Halifax, 1975). — H. H. Roxborough, One hundred – not out : the story of Canadian sport (Toronto, 1966), 53–67.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Lisa Timpf, « HAMM, ALBERT », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 12, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 29 juill. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/hamm_albert_12F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/hamm_albert_12F.html
Auteur de l'article:   Lisa Timpf
Titre de l'article:   HAMM, ALBERT
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 12
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1990
Année de la révision:   1990
Date de consultation:   29 juillet 2014