DCB/DBC Mobile beta
+

O’CONNOR, WILLIAM JOSEPH, rameur et tavernier, né le 4 mai 1862 à Toronto, fils de Michael O’Connor et d’une prénommée Ellen ; décédé célibataire le 23 novembre 1892 au même endroit.

Inspiré par Edward Hanlan*, célèbre champion mondial originaire de Toronto, William Joseph O’Connor commença à faire de l’aviron avec l’Irish-Catholic Don Rowing Club. En 1882, deux ans après la formation de la Canadian Association of Amateur Oarsmen, il participa à sa première épreuve, en compagnie de Cornelius T. Enright : il s’agissait du championnat de la course d’aviron avec gréement intérieur pour deux rameurs en couple, organisé par l’association à Lachine, dans la province de Québec. L’année suivante, les deux hommes gagnèrent la course à deux rameurs et O’Connor sortit vainqueur de la course à un rameur, au niveau junior. O’Connor et Enright devinrent en 1884 membres du Toronto Rowing Club, organisme plus connu, et remportèrent le championnat de la course à deux rameurs en pointe de la Canadian Association of Amateur Oarsmen, puis ceux de la National Association of Amateur Oarsmen et de la North Western Amateur Rowing Association, deux associations américaines. En 1885, ils décrochèrent à nouveau le championnat de la Canadian Association of Amateur Oarsmen et O’Connor gagna la course à un rameur grâce à la tactique qui devint son trait distinctif : le coup d’aviron rapide, explosif dès le départ. Toutefois, leurs succès et des rumeurs selon lesquelles ils étaient l’enjeu de forts paris entraînèrent des accusations de professionnalisme contre les deux rameurs. La Canadian Association of Amateur Oarsmen les disculpa, mais la National Association of Amateur Oarsmen les déclara non admissibles. Ils devinrent alors professionnels, avec l’appui financier de l’homme d’affaires torontois Joseph Rogers.

En 1887, après une décevante saison de course à deux rameurs, O’Connor décida de se concentrer sur la compétition à un seul rameur. En peu de temps, il avait gagné tellement de régates et à des vitesses telles (on considéra comme un record mondial le temps de 19 minutes et 43 secondes qu’il réalisa en août 1888 pour un parcours de trois milles, avec virage) qu’à peu près personne n’acceptait de se mesurer à lui dans les courses à un contre un, pourtant dotées des meilleurs prix et entourées du plus grand prestige. À sa deuxième compétition seulement, il termina le parcours seul car son adversaire, le fameux professionnel Wallace Ross de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, abandonna la partie au dernier instant plutôt que de subir la défaite contre un « rameur fraîchement sorti des rangs amateurs ». O’Connor, de son côté, avait comme règle de « se mesurer aux meilleurs ». Le 18 mars 1888, il battit (pour un enjeu de 2 000 $) le champion de la côte du Pacifique, Henry Peterson, puis le 24 novembre de la même année, sur la rivière Potomac, à Washington, il vainquit (pour 1 000 $) le champion américain John Teemer, qui avait enlevé le titre à Hanlan en deux occasions. Dans les deux cas, il s’agissait d’une course de trois milles. Pour le récompenser, les Torontois lui organisèrent une grande fête et lui remirent un chèque de 1 000 $ en plus de 300 $ en or. Par la suite, il continua à gagner des régates avec une telle aisance que personne n’osait le défier, à l’exception de son compatriote Jacob Gill Gaudaur*, avec qui il se mesura le 2 mars 1889, à San Francisco. Il demeura champion américain jusqu’à sa mort.

O’Connor ne parvint cependant pas à ramener à Toronto le titre de champion du monde que Hanlan avait perdu en 1884. Le 9 septembre 1889, sur le trajet historique entre Putney et Mortlake, sur la Tamise, à Londres, il échoua dans sa tentative de battre le champion mondial Henry Ernest Searle, d’Australie. Peu de temps après, celui-ci mourut de la fièvre typhoïde et O’Connor se rendit en Australie dans l’espoir de décrocher le titre. Incapable d’obtenir un match de championnat, il perdit deux fois contre James Stanbury, qui devint ensuite champion.

En 1890, O’Connor succéda à son frère John J., décédé subitement en octobre, à titre de propriétaire de la taverne Sherman House, à Toronto. Cette nouvelle responsabilité le força à réduire ses activités sportives mais ne diminua en rien la qualité de ses performances. En 1891, Hanlan et lui remportèrent le championnat mondial de la course à deux rameurs, devant 30 000 spectateurs, à Burlington Beach. De plus, comme la marche sur de longues distances faisait partie de son entraînement, il établit en décembre 1891 un nouveau record dans ce domaine en faisant à pied le trajet de Hamilton à Toronto en 9 heures 26 minutes. Même si l’équipe Hanlan-O’Connor perdit le championnat de la course à deux rameurs contre Gaudaur et l’Américain George Hosmer en 1892, O’Connor demeura imbattable à titre individuel.

William Joseph O’Connor n’avait que 30 ans lorsqu’il mourut de la fièvre typhoïde à la fin de la saison de 1892, à un moment où il avait sûrement encore plusieurs bonnes saisons devant lui (Gaudaur devint champion du monde à 38 ans). Son style élégant, son honnêteté et son attitude amicale lui avaient acquis une grande popularité, et il fut regretté par un grand nombre.

Bruce Kidd

Arch. of the Roman Catholic Archdiocese of Toronto, St Paul’s Church (Toronto), reg. of baptisms, marriages, and burials, 4 mai 1862 (mfm aux AO).— Canada’s Sports Hall of Fame (Toronto), W. J. O’Connor file.— York County Surrogate Court (Toronto), n° 9408 (mfm aux AO).— Globe, 26 nov. 1888, 7 déc. 1891, 24 nov. 1892.— Toronto Daily Mail, 10 mars, 4 déc. 1888, 24 nov. 1892.— Frank Cosentino, Ned Hanlan (Don Mills [Toronto], 1978).— R. S. Hunter, Rowing in Canada since 1848 [...] (Hamilton, Ontario, 1933).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Bruce Kidd, « O’CONNOR, WILLIAM JOSEPH », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 12, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 16 avril 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/o_connor_william_joseph_12F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/o_connor_william_joseph_12F.html
Auteur de l'article:   Bruce Kidd
Titre de l'article:   O’CONNOR, WILLIAM JOSEPH
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 12
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1990
Année de la révision:   1990
Date de consultation:   16 avril 2014