DCB/DBC Mobile beta
+

HAZEN, ROBERT LEONARD, avocat, juge et homme politique, né le 15 octobre 1808 à Fredericton, N.-B., de William Hazen* fils et de Déborah Murray, fille du colonel John Murray*, décédé à Saint-Jean, N.-B., le 15 août 1874.

Le grand-père de Robert Leonard Hazen, William Hazen* père, avait été l’un des membres originaires du Conseil des Douze qui administra la province du Nouveau-Brunswick avant la nomination du premier gouverneur, Thomas Carleton*, en 1785. Après avoir étudié le droit dans l’étude de Robert Parker* à Saint-Jean, Robert L. Hazen fut élu au Barreau du Nouveau-Brunswick à l’âge de 23 ans. En 1837, il épousa sa cousine Sarah Ann, fille de William Botsford*, juge et homme politique provincial ; ils eurent trois enfants et un fils survécut à son père. Hazen pratiqua le droit avec succès ; en 1843, il fut nommé conseiller de la reine, un grand honneur à cette époque, et trois ans plus tard, il fut nommé juge à la Cour de la vice-amirauté et recorder de la ville de Saint-Jean. Il fut tantôt administrateur, tantôt conseiller juridique de la Commercial Bank of New Brunswick.

Élu député de Saint-Jean à l’Assemblée législative aux élections générales de 1837, il fut réélu en 1843 et en 1846. En 1844, il fut nommé membre du Conseil exécutif et ministre sans portefeuille ; Edward Barron Chandler et Lemuel Allan Wilmot faisaient également partie de ce conseil. Il démissionna du conseil en 1845 à l’occasion d’un débat concernant les prérogatives du lieutenant-gouverneur, sir William Colebrooke*, et fut par la suite l’un des partisans du gouvernement responsable au Nouveau-Brunswick. La dispute s’étant réglée à son gré, Hazen entra au Conseil exécutif en 1846 et y demeura jusqu’en 1854 ; il en redevint membre en 1856 pour un an.

Comme membre du conseil, Hazen prit avec un succès manifeste la défense de son gouvernement dans les débats parlementaires. En 1848, il renonça à son siège à l’Assemblée pour devenir membre du Conseil législatif ; sa popularité à Saint-Jean lui aurait permis de le conserver longtemps encore mais, n’étant pas ambitieux, il préféra la tranquillité du Conseil législatif.

Robert Leonard Hazen exerça pendant de longues années une forte influence sur la politique du Nouveau-Brunswick. Grâce à son indéniable talent et à son honnêteté foncière, il inspirait le respect de son entourage. Lors de l’union des provinces de l’Amérique du Nord britannique, le 1er juillet 1867, Hazen fut nommé, par proclamation royale, membre du Sénat du Canada. Il le demeura jusqu’à sa mort, sans toutefois participer activement aux débats. Au début des années 1860, sa santé s’était détériorée et il avait partiellement perdu la voix. Il se retira du barreau, se contentant de pratiquer comme recorder dans les poursuites.

P. R. Lindo

N.B. Museum, Hazen Coll., Robert Leonard Hazen papers ; Hazen Coll., Hazen family estate papers, 1852–1892 ; Hazen Coll., Hazen family papers, 1720–1889.— T. E. Hazen, The Hazen family in America, a genealogy, D. L. Jacobus, édit. (Thomaston, Conn., 1947).— J. W. Lawrence, Foot prints ; or incidents in early history of New Brunswick, 1783–1883 (Saint-Jean, N.-B., 1883) ; Judges of New Brunswick (Stockton).— MacNutt, New Brunswick, 285–294, 299, 318, 340, 343, 360, 430.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

P. R. Lindo, « HAZEN, ROBERT LEONARD », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 1 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/hazen_robert_leonard_10F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/hazen_robert_leonard_10F.html
Auteur de l'article:   P. R. Lindo
Titre de l'article:   HAZEN, ROBERT LEONARD
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1972
Année de la révision:   1972
Date de consultation:   1 octobre 2014