DCB/DBC Mobile beta
+

KING, GEORGE, débardeur, constructeur et propriétaire de navires, né vers 1798, possiblement de parents loyalistes, à Lower Cove, Saint-Jean, Nouveau-Brunswick, décédé le 21 novembre 1867 à Halifax, Nouvelle-Écosse.

Le nom de George King est mentionné pour la première fois dans un registre de navire de Saint-Jean, en 1850, à titre de propriétaire d’un nouveau bateau, l’American, et on le qualifie de « débardeur ». Suivant une notice nécrologique, c’est « à force de labeur, de sobriété et d’attention constante à ses affaires » qu’il fut en mesure de quitter ce métier. À compter de 1850 jusqu’à sa mort, King fit enregistrer 23 bateaux, 22 étaient nouvellement construits et 20 entièrement équipés ; il construisit à lui seul 13 de ces 23 navires et fut le constructeur associé de six autres. Les quatre premiers bateaux furent construits par John Storm, avec qui King s’associa de 1853 à 1857. La plupart des bateaux de King ne tardèrent pas à être vendus à des propriétaires de Liverpool et, dans bien des cas, les ventes furent financées par la firme Fernie Brothers qui était probablement la correspondante de King à Liverpool comme elle l’était pour bon nombre de propriétaires de navires d’Amérique du Nord britannique. Les « certificats de vente » qu’il enregistra de 1861 à 1864, pour ses huit nouveaux navires dont la capacité totale était de 9 487 tonneaux et le prix de vente minimal de £95 900, nous donnent une idée de l’importance de l’entreprise de King.

À cause de sa mauvaise santé, il voulut changer de climat et s’embarqua pour Liverpool le 2 septembre 1867, en compagnie de son fils Frederick, à l’occasion du voyage inaugural du dernier navire qu’il avait construit, le Trial Wave. Rendu à destination, sa santé continua à décliner et il décida de rentrer à Saint-Jean, mais il mourut en route, à Halifax. Le lendemain, un journal de Saint-Jean, le Morning News, écrivait : « il est depuis si longtemps et si profondément relié au domaine de la construction navale de cette ville, que son nom est devenu aussi familier qu’un mot d’usage courant ».

George King avait épousé Mary Ann Fowler du comté de Kings, Nouveau-Brunswick, qui donna naissance à au moins cinq fils et une fille. Le deuxième de ses fils, George Edwin*, devint membre de l’Assemblée législative puis premier ministre du Nouveau-Brunswick et enfin juge de la Cour suprême du Canada.

Richard Rice

PRO, BT 107/95–109/253 ; Vessels built in Saint John and transferred to Liverpool, E. C. Wright, compil.— Morning News (Saint-Jean, N.-B.), 22 nov. 1867.— F. W. Wallace, Wooden ships and iron men : the story of the square-rigged merchant marine of British North America, the ships, their builders and owners, and the men who sailed them (Boston, 1937 ; réimpr., Belleville, Ont., 1973).— Clarence Ward, Old tunes in Saint John, 1850, Saint John Globe (Saint-Jean, N.-B.), 17 août 1912.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Richard Rice, « KING, GEORGE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 23 avril 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/king_george_9F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/king_george_9F.html
Auteur de l'article:   Richard Rice
Titre de l'article:   KING, GEORGE
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1977
Année de la révision:   1977
Date de consultation:   23 avril 2014