DCB/DBC Mobile beta
+

LeMESURIER, HENRY (parfois orthographié Lemesurier, mais il signait LeMesurier), soldat, homme d’affaires, né à Guernesey le 17 novembre 1791, fils de Havilland LeMesurier, commissaire général dans l’armée britannique, décédé à Québec le 25 mai 1861.

À l’instar de son père, le jeune Henry choisit la carrière militaire et sert notamment en 1811 sous Wellington, en Espagne, où il perd son bras droit. Cela met un terme à son service actif et le fait entrer au bureau du commissaire général à Londres. Ses nouvelles fonctions l’amènent au Canada à l’occasion de la guerre de 1812. Il quitte l’armée à demi-solde après la guerre et épouse à Saint-Denis, sur le Richelieu, le 3 octobre 1815, devant l’aumônier des forces armées, Julie Guérout, fille de Pierre-Guillaume Guérout, député de Richelieu dans le premier parlement du Bas-Canada et commerçant.

Henry LeMesurier s’installe à Québec, entre 1818 et 1823, et joue rapidement un rôle important dans le commerce d’exportation du bois équarri vers les îles britanniques, principalement en tant qu’agent de ses clients. Il forme ensuite la LeMesurier & Co. avec un avocat de Québec, William Henry Tilstone, puis, à partir de 1830, la LeMesurier, Tilstone & Co. en s’adjoignant Havilland LeMesurier Routh. Les mêmes associés forment par la suite la LeMesurier, Routh & Co. de Montréal et, en compagnie de John Egan*, la John Egan & Co. d’Aylmer. Afin d’assurer le transport du bois, LeMesurier affrète des bateaux ou utilise ceux qu’il possède déjà. Il fait construire au moins quatre bateaux dans les chantiers maritimes de Québec entre 1825 et 1847. Il s’intéresse aussi à la formation et aux activités des pilotes du Saint-Laurent et à l’entretien des phares en qualité de « député-maître » de la Maison de la Trinité de Québec, puis de maître de 1846 à 1861. À ce dernier poste, il reçoit un salaire de £250 par an jusqu’en 1855 puis, par la suite, de £300.

LeMesurier joue également un rôle actif dans le Committee of Trade de Québec qui deviendra en 1842 le Bureau de commerce de Québec. Membre depuis au moins 1832, il en est président du 14 novembre 1833 au 2 juillet 1838, vice-président en 1848–1849 et membre du Bureau d’arbitrage à plusieurs reprises entre 1843 et 1856.

Il participe aussi à la formation et à la reconnaissance juridique de plusieurs compagnies : la Compagnie d’assurance de Québec, contre les accidens du feu (1829), la Bourse de Québec (1830), la Compagnie de la navigation par la vapeur entre Québec et Halifax (1831), l’Association de Québec et du lac Supérieur pour l’exploitation des mines (1847), la Compagnie du chemin de fer de Québec et Richmond (1850), dont il est administrateur, la Compagnie du chemin de fer de Québec et St Andrews (1850), et la Compagnie du Grand Tronc (1852), dont il est un des premiers administrateurs.

Alors qu’à partir de 1855 Henry LeMesurier se retire graduellement des affaires, son fils Henry se lance dans le commerce du bois. Il s’installe dans l’anse de Sillery et s’associe avec son frère Edward, le 1er janvier 1859, dans la LeMesurier and Brothers.

De retour d’un séjour en Angleterre pendant l’hiver de 1860–1861, Henry LeMesurier meurt subitement à Québec le 25 mai 1861, à l’âge de 69 ans. La Quebec Gazette le dépeint comme un homme « affable possédant toutes les qualités d’un gentilhomme de l’ancienne génération ».

Marc Vallières

ANQ-M, État civil, Anglicans, Garrison, 3 oct. 1815.— ANQ-Q, AP-G–219/1-4 ; État civil, Anglicans, Cathedral of the Holy Trinity (Québec), 28 mai 1861 ; Greffe de John Childs, déc. 1836 ; Greffe de E. B. Lindsay, 22 mai 1826, 21 juin 1830 ; Greffe de L. T. McPherson, 29 mars 1830.— B.-C., Statuts, 1829, c.58 ; 1830, c.15 ; 1831, c.33.— Canada Gazette (Québec et Toronto), 19 mai 1855, 31 déc. 1858.— Canada, prov. du, Doc. de la session, 1845–1861, Maison de la Trinité de Québec, Rapport annuel ; Statuts, 1841, c.92 ; 1847, c.69 ; 1850, c.116s. ; 1861, c.99.— Le Journal de Québec, 28 mai 1861.— Quebec Gazette, 27 mai 1861.— F.-J. Audet et Édouard Fabre Surveyer, Les députés au premier parlement du Bas-Canada [1792–1796] [...] (Montréal, 1946), 266s.— Canada directory, 1857–1858.— Montreal directory, 1843–1873.-Morgan, Sketches of celebrated Canadians, 234s.— Quebec directory, 1847–1862.— Hamelin et Roby, Hist. économique, 107.— P.-A. Lamontagne et Robert Rumilly, L’histoire de Sillery, 16301950 ([Sillery, Québec, 1952]).— Fernand Ouellet, Histoire de la Chambre de commerce de Québec (Québec, [1959]), 105.— Narcisse Rosa, La construction des navires à Québec et ses environs ; grèves et naufrages (Québec, 1897), 52.— G. R. Stevens, Canadian National Railways (2 vol., Toronto et Vancouver, 1960–1962),1 : 87.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Marc Vallières, « LeMESURIER, HENRY », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 2 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/lemesurier_henry_9F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/lemesurier_henry_9F.html
Auteur de l'article:   Marc Vallières
Titre de l'article:   LeMESURIER, HENRY
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1977
Année de la révision:   1977
Date de consultation:   2 septembre 2014