DCB/DBC Mobile beta
+

MACDONELL, DONALD, soldat, homme politique et fonctionnaire, né à Greenfield (Inverness-shire, Écosse) le 17 janvier 1778, fils de Janet Macdonell (Aberchalder) et d’Alexander Macdonell* (Greenfield), décédé à Québec le 13 juin 1861.

Donald Macdonell, arrivé en 1792 dans le canton de Charlottenburgh, Haut-Canada, avec un groupe de Highlanders dirigés par son père, était membre d’une famille écossaise catholique qui joua pendant longtemps un rôle important dans les affaires politiques et militaires du district d’Eastern. Cette famille comprenait, outre son père, le colonel Alexander Macdonell, juge de paix, son oncle John Macdonell* (Aberchalder), premier président (orateur) de la chambre d’Assemblée du Haut-Canada, et ses trois frères, le colonel Duncan Macdonell, qui allait, comme son père, prendre en 1857 la tête du 2e régiment de la milice de Glengarry, le colonel John Macdonell*, représentant à la chambre d’Assemblée et aide de camp du général Isaac Brock*, et Alexander Greenfield Macdonell*, également représentant à la chambre d’Assemblée et shérif du district d’Ottawa.

Donald Macdonell et son frère Duncan fréquentèrent l’école de John Strachan à Cornwall. Donald participa à la guerre de 1812 en qualité de capitaine et fut promu au rang de lieutenant-colonel du 2e régiment de la milice de Glengarry et d’assistant quartier-maître général de la milice pour le district de Midland. En octobre 1812, il assista à l’attaque d’Ogdensburg et, en février 1813, il fit partie des troupes qui, sous le commandement du colonel George Richard John Macdonell, s’emparèrent de cette place. Ses états de service pendant la guerre, ajoutés à ceux de son frère John, mort de façon héroïque avec Brock à Queenston Heights, lui valurent d’être nommé, immédiatement après la guerre, registraire du comté de Glengarry. En 1819 cependant, il résignait ses fonctions pour devenir shérif du district d’Eastern, poste qu’il avait obtenu grâce à Influence du juge en chef William Dummer Powell*, et qu’il conserva jusqu’en 1838. Élu représentant de Glengarry à la chambre d’Assemblée en 1834, il occupa ce siège jusqu’en 1841 ; il ne se présenta pas aux nouvelles élections tenues cette année-là. C’était un homme aux idées politiques profondément conservatrices.

Pendant la rébellion de 1837–1838, Macdonell leva une troupe formée de Highlanders de Glengarry et en prit le commandement ; cette troupe fut postée à la frontière du Bas-Canada pendant ces années de révolte et, en novembre 1838, elle aida à reprendre Beauharnois, où les Patriotes s’étaient emparés de la seigneurie d’Edward Ellice. Macdonell s’attendait à recevoir le commandement de l’un des corps de milice que l’on avait constitués et qui demeuraient en service après 1838. Par la suite, en dépit de ses multiples démarches, il ne put obtenir du gouvernement aucun autre poste qui lui permette de surmonter ses difficultés financières croissantes, jusqu’au moment où, en 1845, il remplit brièvement la fonction de surintendant de police pour les canaux de Williamsburg sur le fleuve Saint-Laurent. L’année suivante, s’étant assuré la recommandation de 57 membres de l’Assemblée législative, il fut nommé adjudant général adjoint de la milice pour le Haut-Canada. Il occupa ce poste jusqu’à sa mort.

Ces dernières fonctions obligèrent Macdonell à suivre le gouvernement dans ses déplacements. Auparavant, il avait passé presque toute sa vie à Cornwall, Haut-Canada. C’est dans cette ville qu’il avait épousé Elizabeth Macdonell, fille de Ranald Macdonell (Leek), loyaliste écossais ; ils eurent cinq fils et deux filles.

J. K. Johnson

APC, RG 1, E3, 70 ; RG 5, C1, 78, 86, 148s., 151 ; RG 8, I (C series), 26, 60, 169, 195, 221 ; RG 9, I, B5, 1–7.— A. N. Bethune, Memoir of the Right Reverend John Strachan, D.D., LL.D., first bishop of Toronto (Toronto et Londres, 1870), 148.— H.-C., House of Assembly, Journal, 1834–1840.— Chadwick, Ontarian families, I : 9.— W. L. Scott, Glengarry’s representatives in the Legislative Assembly of Upper Canada, CCHA Report, 1939–1940, 41s.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

J. K. Johnson, « MACDONELL, DONALD », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 25 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/macdonell_donald_9F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/macdonell_donald_9F.html
Auteur de l'article:   J. K. Johnson
Titre de l'article:   MACDONELL, DONALD
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1977
Année de la révision:   1977
Date de consultation:   25 octobre 2014