DCB/DBC Mobile beta
+

FR:Special Projects

FR:UNDEF:public_sidebar_whats_new_caption

FR:UNDEF:public_sidebar_new_caption

FR:UNDEF:public_sidebar_updated_caption

FR:UNDEF:public_sidebar_bio_of_the_day_caption

EATON, DANIEL ISAAC VERNON – Volume XIV (1911-1920)

décédé le 11 avril 1917 près de la crête de Vimy, France

La Confédération

Le gouvernement responsable

Sir John Alexander Macdonald

De la colonie de la Rivière-Rouge au Manitoba (1812–1870)

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports et sportifs

Les Fenians

Les femmes dans le DBC/DCB

FR:UNDEF:public_special_conferences_1864_caption

FR:UNDEF:public_special_essays_caption

FR:UNDEF:public_special_acadians_caption

FR:UNDEF:public_special_explorers_caption

FR:UNDEF:public_special_war_of_1812_caption

FR:UNDEF:public_special_wartime_pms_caption

FR:UNDEF:public_special_ww1_caption

OUAGIMOU (Oagimont), chef des Indiens du voisinage de la colonie que Du Gua de Monts et Champlain établirent dans l’île Sainte-Croix en 1604. On a dit qu’il était chef etchemin, mais les Indiens de cette région s’appellent maintenant les Passamaquoddys.

Il est fait mention d’Ouagimou dans l’histoire des guerres indiennes et de la diplomatie du début de l’Acadie. Il réclama aux Armouchiquois (Pentagouets) le corps de Panounias – qu’ils avaient tué pour se venger d’une attaque des Souriquois (Micmacs) contre des membres de leur tribu – et il le transporta à Port-Royal pour l’y enterrer en 1607. Ouagimou et ses braves s’allièrent ensuite à Membertou et à Secoudon pour porter la guerre chez les Armouchiquois, en Nouvelle-Angleterre ; l’année suivante, à la demande d’Asticou, le nouveau chef des Armouchiquois, et fort de la protection des Français, il y retourna comme représentant des Etchemins pour faire la paix.

Lescarbot rapporte qu’Ouagimou donna du biscuit de mer à Jean de Biencourt de Poutrincourt en 1610, lorsque celui-ci se réfugia à Sainte-Croix après avoir été poussé loin de la côte dans une tempête. Lescarbot fait aussi mention d’une fille d’Ouagimou âgée d’à peu près 11 ans que Poutrincourt aurait voulu emmener en France pour la présenter à la reine, mais que son père refusa de laisser partir.

Il est fort probable que la tête sculptée en relief dans une dalle de granit rouge qui a été découverte en 1863 près du lac Utopia représente Ouagimou, et que cette sculpture a été exécutée à l’île Sainte-Croix pendant l’hiver de 1604–1605 par un des tailleurs de pierre de de Monts. Connue sous le nom de « médaillon d’Utopia », cette plaque est conservée au musée du Nouveau-Brunswick, à Saint-Jean.

W. Austin Squires

Champlain, Œuvres (Biggar), I : 442s.— JR (Thwaites), II : 145.— Lescarbot, Histoire (Grant), II : 359s., 367–369 ; III— 42.

Bibliographie générale

FR:Citations

FR:UNDEF:public_citation_style_default FR:

Information to be used in other citation formats

Permalink: http://www.biographi.ca/fr/bio/ouagimou_1F.html
Author of Article:   W. Austin Squires
Title of Article:   OUAGIMOU
Publication Name:   FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 1
Publication Details:   FR:UNDEF:public_citation_publisher, 1966
Year of publication:   1966
Year of revision:   1986
Access Date:   11 avril 2021