DCB/DBC Mobile beta
+

PEEBLES, ADAM JOHN LAING, fermier, ingénieur, officier de milice et magistrat de police, né le 24 octobre 1812 dans le Kent, Angleterre, de parents écossais ; il épousa une prénommée Elizabeth, et ils eurent deux fils et cinq filles ; décédé le 10 février 1902 à Winnipeg.

Adam John Laing Peebles étudia au Royal Military College de Sandhurst, en Angleterre. Le 12 juillet 1831, il obtint son brevet d’enseigne dans le 59th Foot, puis fut posté en Méditerranée, où il passa neuf ans. Pendant la grande famine, en 1846–1847, il servit dans le génie en Irlande. Il quitta le service actif en 1849 avec le rang de capitaine, puis immigra dans le Haut-Canada avec sa famille. Installé près de Toronto, il exploitait une ferme et travaillait comme ingénieur.

Peebles s’enrôla dans la milice canadienne en juin 1864. Nommé adjudant avec le grade honorifique de capitaine, il servit dans plusieurs compagnies du 12th (York) Battalion of Infantry. En juin 1870, il démissionna pour passer à l’état-major du colonel Garnet Joseph Wolseley* à titre de sous-commissaire, avec le grade de capitaine. Il accompagna l’expédition de Wolseley à la colonie de la Rivière-Rouge (Manito­ ba) et demeura à Winnipeg après la dissolution de la milice le 1er mai 1871. À la formation du district militaire n° 10, le 16 octobre 1871, il fut nommé officier du ravitaillement et promu major ; sa solde était de 4,90 $ par jour. Promu lieutenant-colonel en 1877, il le resterait jusqu’à ce qu’il prenne sa retraite, en août 1893, à l’âge de 80 ans.

Le 8 mai 1880, Peebles devint le premier magistrat de police à plein temps de la municipalité de Winnipeg. « Grâce au solide sens de l’honneur et de la justice qui le caractérise, écrivit un journal local, le courageux colonel pourra exercer ses difficiles fonctions avec une parfaite impartialité. » Pour un salaire annuel de 600 $, le colonel Peebles, comme tout le monde l’appelait, entendit ries centaines d’affaires criminelles. Il rendait lui-même un jugement dans les cas mineurs : ébriété, désordre, tenue d’une « maison mal famée ». Lorsque le crime était grave – vol, viol ou meurtre – il procédait à l’audience préliminaire. Un jour, un prévenu accusé de contrefaçon attrapa le chèque qui servait de pièce à conviction, le mastiqua et l’avala dans l’espoir de faire disparaître l’objet du délit. Renvoyé quand même aux assises par Peebles, il fut finalement condamné.

Bien que Peebles n’ait pas été avocat, on avait grand respect pour son travail de magistrat. Méchamment attaqué en 1893 dans un pamphlet anonyme, il trouva un vigoureux défenseur en la personne du rédacteur en chef du Western Law Times of Canada, Archer Evans Stringer Martin*, qui n’avait pourtant pas l’habitude de ménager l’appareil judiciaire. Quand il prit sa retraite, le 30 novembre 1899, après avoir siégé presque 20 ans, un avocat réputé de Winnipeg, Hector Mansfield Howell*, dit de lui : « Il [s’est] acquitté de ses fonctions avec l’intrépidité du soldat, l’équité du juge et l’intégrité du citoyen. »

Adam John Laing Peebles appartint à la première commission de police mise sur pied en 1884 pour superviser la police de Winnipeg. En outre, il enquêta, pour le procureur général de la province, sur plusieurs incendies d’origine louche. Après lui, Winnipeg cessa d’engager des magistrats de police à plein temps qui n’avaient pas reçu de formation en droit. Il mourut paisiblement après une brève maladie le 10 février 1902, dans sa 90e année.

Lee Gibson

AN, RG 31, C1, 1851, 1861, York County ; 1881, Winnipeg (mfm aux Provincial Arch. of Alberta, Edmonton).— PAM, MG 3, D1, 621/13 ; MG 6, B1 ; MG 7, B7, RBMS (mfm) ; MG 12, A, 90, 279, 494 ; MG 15, B4, Police Court record-book, 1881–1882.— PRO, WO 33/21 (mfm aux PAM).— Winnipeg Police Dep., Winnipeg police commission, minute-book, 1.— Globe, 27 avril 1900.— Manitoba Morning Free Press, 1879–1886, 1899–1900, 11 févr. 1902.— Manitoban (Winnipeg), 1871–1872.— Manitoba Weekly Free Press, 1873–1879, 1889, 1892–1893.— Winnipeg Daily Times, 12 mai 1880.— G.-B., Parl., Command paper, 1871, 48 [C.391], [A. G.] Irvine, Report on the Red River expedition of 1870.— Robert Hutchison, A century of service : a history of the Winnipeg police force, 1874–1974 (Winnipeg, 1974).— [A. E. S. Martin], « A malicious attack », Western Law Times of Canada (Winnipeg), 4 (1893), n° 4 : 28–30.— J. P. Robertson, A political manual of the province of Manitoba and the North-West Territories (Winnipeg, 1887).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Lee Gibson, « PEEBLES, ADAM JOHN LAING », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 13, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 18 déc. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/peebles_adam_john_laing_13F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/peebles_adam_john_laing_13F.html
Auteur de l'article:   Lee Gibson
Titre de l'article:   PEEBLES, ADAM JOHN LAING
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 13
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1994
Année de la révision:   1994
Date de consultation:   18 décembre 2014