DCB/DBC Mobile beta
+

PÉZARD DE LA TOUSCHE CHAMPLAIN, ÉTIENNE, militaire, gouverneur nominal de Montréal, seigneur de Champlain, colonisateur, né en 1624 à Blois (Orléanais) de Claude Pézard de La Tousche et de Marie Masson, décédé vers 1696.

On date généralement son arrivée au Canada de 1661, l’année même où il fut nommé lieutenant à Trois-Rivières. Il dut se signaler de quelque façon, puisque peu après on le promut capitaine de la garnison. Lors de son séjour à Trois-Rivières, il aurait aidé Pierre Boucher* à rédiger son Histoire véritable et, naturelle... (Paris, 1664).

Il laissa Trois-Rivières en juin 1664 pour assumer le commandement de la garnison de Montréal. Le 20 juin, il épousait, en l’église paroissiale Notre-Dame, Madeleine Mullois de La Borde, qui lui donna cinq enfants. Saffray de Mézy, en froid avec Chomedey de Maisonneuve qui protégeait les droits des seigneurs de l’île, le nomma gouverneur de Montréal, le jour de son mariage. Cette nomination n’eut pas de suites, étant donné l’opposition des seigneurs de Montréal de qui relevait la nomination du gouverneur. Sans doute Mézy voulut-il dédommager Pézard de La Tousche en lui concédant, le 8 août 1664, la seigneurie de Champlain, d’une lieue et demie de front par une de profondeur. À l’opposé de la plupart des seigneurs de son époque, La Tousche prit au sérieux son rôle « d’entrepreneur en colonisation ». Il construisit aussitôt un manoir sur la pointe du rocher à l’embouchure de la rivière Champlain et, pour attirer les colons, commença la construction d’une église en 1665. Les colons affluèrent nombreux. Dans la seule année 1665, il accorda plus de 22 censives. Son zèle pour la colonisation en fit un notable de la Nouvelle-France. L’intendant n’hésita pas, en 1670, à lui donner une « cavale » provenant des écuries royales, pour souligner son mérite. Plus tard, en 1678, son nom figurait parmi ceux des 20 notables appelés à se prononcer sur la question du commerce de l’eau-de-vie.

La date de sa mort n’est pas consignée dans les registres. On présume qu’il mourut en 1696, car si les documents font mention de lui en 1695, un texte de novembre 1696 parle de la veuve Marie-Madeleine Mullois. Sa femme vécut jusqu’en 1704.

Jean Hamelin

[Pierre Boucher], Histoire véritable et naturelle des mœurs et production du pays de la Nouvelle-France, vulgairement dite le Canada (Paris, 1664 ; Société historique de Boucherville, I, 1964).— Jug. et délib., passim.— P.-G. Roy, Inv. concessions, II : 105–107.— [Prosper Cloutier], Histoire de la paroisse de Champlain (2 vol., Trois-Rivières, 1915).— Faillon, Histoire de la colonie française, III : 94s.— P.-G. Roy, Les Gouverneurs de Montréal, BRH, XI (1905) :165.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Jean Hamelin, « PÉZARD DE LA TOUSCHE CHAMPLAIN, ÉTIENNE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 23 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/pezard_de_la_tousche_champlain_etienne_1F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/pezard_de_la_tousche_champlain_etienne_1F.html
Auteur de l'article:   Jean Hamelin
Titre de l'article:   PÉZARD DE LA TOUSCHE CHAMPLAIN, ÉTIENNE
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1966
Année de la révision:   1966
Date de consultation:   23 octobre 2014