DCB/DBC Mobile beta
+

SCOTT, ALFRED HENRY, garçon de café, commis et représentant politique, né vers 1840 de parents anglais, décédé le 28 mai 1872 à Saint-Boniface, Man.

Alfred Scott vécut à Winnipeg, dans la colonie de la Rivière-Rouge, de 1869 à 1872. Il fut d’abord garçon de café dans un saloon appartenant à un Américain, Hugh F. O’Lone, et, plus tard, vendeur dans le magasin d’un autre Américain, Henry McKenney.

Quand, en 1869, naquit dans la Rivière-Rouge le mouvement d’opposition à l’union avec le Canada, la colonie se trouva divisée en trois camps. Certains colons étaient en faveur de l’union ou se disaient prêts à l’accepter le cas échéant ; d’autres désiraient en négocier les conditions avec le Canada ; un dernier groupe cherchait à prolonger l’agitation suscitée par la question dans le but de provoquer l’intervention américaine. L’association de Scott avec les Américains O’Lone et McKenney lui donnait une certaine influence sur le dernier groupe.

Un important rassemblement eut lieu à Upper Fort Garry (Winnipeg) les 19 et 20 janvier 1870 et il y fut décidé qu’on devrait tenir une convention où des représentants élus étudieraient les conditions d’union à négocier avec le Canada. Par suite de manœuvres politiques habilement menées par O’Lone et McKenney, Scott fut proposé comme représentant de Winnipeg lors d’une réunion de mise en candidature tenue en bonne et due forme mais à laquelle n’assistaient que des membres du groupe américain. Les modérés, dirigés par Alexander Begg*, crurent que c’était là la seule réunion qui aurait lieu, qu’ils en avaient été tenus à l’écart, et ne tinrent eux-mêmes aucune assemblée. À défaut d’autres candidats, Scott fut donc déclaré élu et, malgré les protestations des modérés, son élection fut ratifiée par la convention. Puis la convention élut Scott comme l’un des trois délégués qui iraient négocier à Ottawa, les deux autres étant le père Noël-Joseph Ritchot* et le juge John Black, qui représentaient respectivement l’élément francophone et l’anglophone. Cette élection ne rencontra pas l’approbation générale. Louis Riel*, notamment, aurait voulu un Métis au sein de la délégation. Le 11 février 1870, le gouvernement provisoire établi par la convention, nomma Scott, Ritchot et Black, délégués à Ottawa.

Ritchot et Scott partirent à la fin de mars. À leur arrivée à Ottawa, ils furent mis aux arrêts par des représentants du gouvernement de l’Ontario et accusés d’avoir pris part à l’assassinat de Thomas Scott*, l’orangiste ontarien qui avait été exécuté par le gouvernement provisoire. Ils furent relâchés grâce à l’intervention du gouvernement canadien, et les négociations commencèrent. D’après les rapports, Scott ne prit aucune part aux discussions ; il se contenta d’accorder son appui aux revendications de Ritchot. L’on sait que Scott eut une conversation avec l’envoyé spécial du gouvernement américain à Ottawa, James Wickes Taylor*, mais rien n’indique que cette conversation ait eu quelque importance. Vers le milieu de mai, une fois terminé le travail principal de la délégation, Scott quitta Ottawa. Il se rendit à New York pour voir des parents et peut-être pour établir des relations avec des Américains ou des Féniens. Il rentra à la Rivière-Rouge peu de temps après Ritchot qui avait déjà fait rapport au gouvernement provisoire des négociations d’Ottawa.

Après une maladie de six mois, en 1871–1872, au cours de laquelle il se convertit au catholicisme, Scott devint le premier patient de l’hôpital Saint-Boniface. C’est vraisemblablement là qu’il mourut.

W. L. Morton

Archives des sœurs grises (Saint-Boniface, Man.), Registre de l’hôpital Saint-Boniface, 1872.— Archives paroissiales de Saint-Boniface (Man.), Registres des baptêmes, mariages et sépultures.— Begg’s Red River journal (Morton), 1–148, 212, 278, 284, 305, 370, 388, 585.— N.-J. Ritchot’s journal, Manitoba : birth of a province (Morton), 134s.— New Nation (Winnipeg), 18 mars 1870.— Morice, Critical hist. of the Red River insurrection, 241s.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

W. L. Morton, « SCOTT, ALFRED HENRY », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 22 juill. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/scott_alfred_henry_10F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/scott_alfred_henry_10F.html
Auteur de l'article:   W. L. Morton
Titre de l'article:   SCOTT, ALFRED HENRY
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1972
Année de la révision:   1972
Date de consultation:   22 juillet 2014