DCB/DBC Mobile beta
+

SHADE, ABSALOM, homme d’affaires et homme politique, né vers 1793 dans le comté de Wyoming, Pennsylvanie, présumé être le plus jeune fils d’un fermier, décédé le 15 mars 1862 à Galt (lieu d’abord appelé Shade’s Mills et qui fait actuellement partie de Cambridge), Haut-Canada. Il épousa en premières noces une dame Andrews, de Canandaigua, New York, puis, en secondes noces, Isabella Davidson, de Galt ; il n’eut aucun enfant de ces deux mariages.

Absalom Shade apprit dans sa jeunesse le métier de menuisier, qu’il exerça à Buffalo, dans l’état de New York, jusqu’en 1816. Cette année-là, il soumissionna en vue d’obtenir le contrat de construction d’un palais de justice et d’une prison à Niagara-on-the-Lake, dans le Haut-Canada. La soumission de Shade fut rejetée, mais un membre du Conseil législatif, William Dickson*, fut impressionné par le jeune homme à tel point qu’il l’engagea pour administrer et surveiller la colonisation de ses terres dans le canton de Dumfries, district de Gore.

En juillet 1816, Shade et Dickson se rendirent à Dumfries pour visiter les terres et, après avoir inspecté soigneusement les lieux, choisirent le site de l’établissement qu’ils voulaient fonder et qui devint par la suite le village de Galt. Shade partit pour Buffalo afin de mettre ordre à ses affaires et, au cours de l’automne, il revint s’installer en permanence sur le terrain qui avait été choisi, avec sa femme et deux enfants nés du mariage antérieur de celle-ci. L’hiver venu, Shade avait réparé et mis au point pour son propre compte une scierie servant aussi de moulin à blé qui avait été abandonnée précédemment par un colon ; il avait également construit une cabane de bois rond à deux étages servant à la fois de logis et de boutique.

On raconte que Shade ne possédait que $100 et un coffre de menuisier lorsqu’il arriva dans le canton de Dumfries. Il eut tôt fait d’amasser une vaste fortune, car il avait le monopole des activités commerciales dans un grand nombre de domaines. L’argent liquide était rare et, avec l’appui financier de Dickson, il mit sur pied une importante entreprise de crédit à son magasin, où il majorait de 50 à 100 p. cent le prix des articles vendus à crédit. Lorsque Dickson construisit le « moulin de Dumfries » en 1818, Shade en devint le gérant et conserva ainsi le contrôle de la meunerie. En 1820, il bâtit une distillerie contiguë à ce moulin et exploita les deux entreprises.

À la suite des campagnes de recrutement que Dickson menait activement en Écosse et aux États-Unis en vue d’attirer des colons, l’établissement de Shade’s Mills prit de l’expansion et prospéra malgré l’éloignement d’un bon marché de grains et le mauvais état des routes de la région. Les nombreuses entreprises de Shade connurent la prospérité à mesure que la population augmentait. En 1824, il construisit sur les bords de la rivière Grand un vaste bâtiment qui logeait un « magasin général » et un entrepôt servant à la manutention des céréales. En 1827, un bureau de poste fut établi à Shade’s Mills et le village prit le nom de Galt. Shade devint maître de poste, fonction qu’il occupa durant 25 ans.

Par voie de soumission, Shade obtint en 1827 plusieurs gros contrats en vue de fournir du bois, de la farine, de la viande de porc et d’autres denrées à John Galt* et à la Canada Company ; Galt s’occupait alors de construire des routes pour la compagnie dans la Huron Tract. Ces contrats étaient si lucratifs que Shade, en moins d’un an, fut en mesure d’acheter de Dickson le moulin de Dumfries. Dickson, dans cette transaction, s’engageait à ne pas vendre de terrains à aucun autre meunier, distillateur, marchand ou vendeur de grains susceptible de faire concurrence à Shade. En 1832, celui-ci construisit un second magasin en face du premier, de l’autre côté de la rue. À l’ancien « Red Store », il exploitait son entreprise de crédit ; au nouveau « White Store », il vendait au comptant à des prix un peu plus bas. Assuré du monopole des activités commerciales à Galt, Shade confia la direction de ses nombreuses affaires à son neveu James Fargis et à son beau-fils James K. Andrews. Il consacra alors son énergie à des fonctions publiques, à la promotion de projets dans le domaine du transport et à la gestion de nombreuses fermes et d’une importante société d’hypothèques et de prêts.

La mise sur pied d’un grand nombre d’entreprises et les transactions foncières amenèrent Shade à se préoccuper jusqu’à la fin de sa vie de l’amélioration du transport. En 1819, par exemple, il avait lancé une campagne de souscription pour bâtir un pont sur la rivière Grand à Shade’s Mills ; les sommes recueillies étant insuffisantes, il avait souscrit lui-même une large partie des fonds nécessaires. Au début des années 30, Shade entreprit l’audacieux projet de construire sur la rivière Grand plusieurs gros chalands mesurant 18 pieds sur 16. Au printemps, même si la crue des eaux rendait la navigation dangereuse, il chargea les chalands de barils de farine, de grains, de viande de porc et d’autres produits destinés à l’exportation et il fit descendre les embarcations sur la rivière jusqu’à Dunnville. Les chalands furent ensuite halés par des chevaux via le canal de Welland jusqu’à Port Dalhousie (St Catharines) où les produits et le bois des embarcations furent vendus. Cette expérience incita naturellement Shade à devenir un promoteur actif et l’un des membres fondateurs de la Grand River Navigation Company qui obtint une charte en 1832 pour améliorer la navigation sur la rivière, car il n’existait pas de route convenable reliant Galt à Dundas.

Comme sa fortune grandissait et que ses intérêts commerciaux se diversifiaient, Shade se joignit aux gens d’affaires de Hamilton pour fonder la Gore Bank en 1835. En 1852, en société avec ses partenaires de Hamilton, il devint l’un des fondateurs et l’un des actionnaires du Galt and Guelph Railway. Il fut également un promoteur actif du Preston and Berlin Railway et de la Berlin and Stratford Gravel Road Company.

En politique, Shade fut toujours un fervent partisan tory et il fut élu deux fois à l’Assemblée. En 1831, l’un des deux députés du comté de Halton, James Crooks*, fut nommé au Conseil législatif. Shade fut élu pour le remplacer et siégea à l’Assemblée jusqu’à l’expiration du mandat. Aux élections de 1834, Shade et son cocandidat William Chisholm* furent défaits par James Durand et Caleb Hopkins*, puis ils remportèrent la victoire aux élections, marquées par des actes de violence, qui furent tenues en 1836. Shade remplit ses fonctions de député sans grande distinction jusqu’en 1841, alors qu’il prit sa retraite. Par la suite, on mentionna souvent son nom parmi la liste des candidats éventuels du parti tory, mais il refusa sa nomination comme candidat. Durant la rébellion de 1837, il fut, de par sa fonction déjuge de paix, chargé d’interroger les gens soupçonnés d’être des rebelles et il aida à mettre sur pied un détachement de milice devant être affecté à la frontière du Niagara.

Sur la scène politique locale, Shade se fit élire ou nommer à presque tous les postes municipaux, et ce, durant une période de 30 ans. Lorsqu’un gouvernement régional fut institué en 1819 dans le canton de Dumfries, il présida fréquemment les assemblées cantonales et il remplit diverses fonctions comme celles de gardien de fourrière et d’estimateur. En 1828, il fut nommé magistrat dans le district de Gore, où il défendit efficacement les intérêts de Dumfries lors des assises trimestrielles. Quand un gouvernement municipal électif fut établi en 1841, Shade fut élu conseiller de canton, puis il devint en 1852 le second président du conseil municipal du village de Galt, lequel venait d’être érigé en municipalité.

Après avoir quitté la vie publique en 1852, Shade consacra son temps à l’administration de ses biens et aux nombreuses œuvres de bienfaisance de sa localité. Il mourut en 1862 à la suite d’une brève maladie.

Leo A. Johnson

APC, MG 24, D16, Shade à Isaac Buchanan, 18 juill. 1854, 20 févr. 1856 ; E1, Shade à Merritt, 14 mars 1833, 25 juill. 1845, 17 mars 1849 ; RG 1, L1, 18–39.— Cambridge Public Library (Galt, Ont.), Miscellaneous historical papers.— PAO, Dickson (William) papers.— Correspondent and Advocate (Toronto), 1836.— Dumfries Reformer and Western Counties Agricultural and Commercial Advertiser (Galt), 19 mars 1862.— Galt Reporter and Waterloo County Advertiser, 21 mars 1862, 1870–1871.— B. M. Dunham, Grand River (Toronto, 1945).— R. S. Hamilton, The early history of Galt, 1816–1866, A. W. Osborne et A. W. Taylor, édit. (Galt, 1956).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Leo A. Johnson, « SHADE, ABSALOM », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 18 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/shade_absalom_9F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/shade_absalom_9F.html
Auteur de l'article:   Leo A. Johnson
Titre de l'article:   SHADE, ABSALOM
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1977
Année de la révision:   1977
Date de consultation:   18 septembre 2014