DCB/DBC Mobile beta
+

Nouvelles du DBC/DCB

Nouvelles biographies

Biographies mises à jour

Biographie du jour

VETCH, SAMUEL – Volume II (1701-1740)

né le 9 décembre 1668 (ancien style) à Édimbourg, en Écosse

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports et sportifs

Les fenians

Les femmes dans le DBC/DCB

Les conférences de Charlottetown et de Québec en 1864

Les textes introductifs du DBC/DCB

Les Acadiens

Module éducatif

La guerre de 1812

Les premiers ministres du Canada en temps de guerre

La Première Guerre mondiale

Steven établit avec la Grande-Bretagne les relations dont la Gore Bank avait absolument besoin à cette époque où les liens financiers entre le Canada et la métropole étaient particulièrement étroits. En 1847, la faillite de Reid, Irving, and Company, mandataire londonien de la banque, ébranla la confiance qu’avaient les clients et le milieu des finances en général en la Gore Bank. Steven fut immédiatement envoyé en Angleterre avec des fonds, pour faire face aux obligations prises au nom de la banque et pour lui redonner son crédit outre-Atlantique. Il prit à la même époque des dispositions pour que Glyn, Mills, and Company devienne le nouveau mandataire de la banque. C’est en 1847 également que les négociations en vue du fusionnement de la Gore Bank et de la Bank of Upper Canada, banque plus importante, furent interrompues ; ces négociations, qui avaient été favorisées par l’amitié de Steven et du caissier (directeur) de cette dernière, Thomas Gibbs Ridout, ainsi que par les diverses associations des deux banques, cessèrent parce que la faillite de la firme Reid, Irving, and Company, et la ruée qu’elle provoqua sur la Gore Bank avaient refroidi l’enthousiasme de la banque dont le siège était à Toronto.

On ne connaît guère la vie privée de Steven ; il fut cependant membre du comité qui fonda le Hamilton Mechanics’ Institute en 1839. Il fut membre fondateur de l’église presbytérienne St Andrew et conseiller presbytéral de 1833 à 1843. En 1851 cependant, il était devenu anglican, probablement à la suite de la séparation de l’Église libre de l’Église d’Écosse en 1844. Vers la fin de sa carrière, il devint, en novembre 1856, président de la Gore Bank et continua de gérer ses affaires avec sa mesure et sa modération habituelles.

David G. Burley

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

David G. Burley, « STEVEN, ANDREW », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 9 déc. 2016, http://www.biographi.ca/fr/bio/steven_andrew_9F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/steven_andrew_9F.html
Auteur de l'article:   David G. Burley
Titre de l'article:   STEVEN, ANDREW
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1977
Année de la révision:   1977
Date de consultation:   9 décembre 2016