DCB/DBC Mobile beta
+

TILLSON, EDWIN DELEVAN, homme d’affaires, homme politique, magistrat rémunéré, fonctionnaire et éleveur, né le 26 mars 1825 à Normandale, Haut-Canada, sixième des neuf enfants de George Tillson* et de Nancy Barker ; le 4 juillet 1850, il épousa à Tilsonburg (Tillsonburg, Ontario) Mary Ann Van Norman, fille de Joseph Van Norman*, et ils eurent quatre fils et trois filles ; décédé près de Tilsonburg le 31 janvier 1902.

En 1822, George Tillson quitta l’ouest de l’État de New York pour devenir copropriétaire d’une fonderie à Normandale, dans le comté de Norfolk, au Haut-Canada. Environ trois ans plus tard, la famille s’installa dans le canton de Dereham (canton de Southwest Oxford). Tillson ouvrit une fonderie et des ateliers autour desquels se constitua une localité connue dès les années 1830 sous le nom de Tilsonburg. En 1845, Edwin Delevan Tillson passa environ sept mois dans un collège d’arts libéraux fondé par l’Eglise méthodiste épiscopale, la Norwalk Academy, au sud de Cleveland, dans l’Ohio. Puis il enseigna trois mois à Dobbie, dans le canton de Bayham, toujours dans l’Ohio. C’est ainsi, raconta-t-il plus tard, qu’il amassa la somme nécessaire à son premier investissement commercial, 36 $.

De retour à Tilsonburg, Tillson prit cet argent pour s’associer à Wright Barker et Charles Cody. En 1846, ils obtinrent de George Tillson le privilège d’exploiter l’énergie hydraulique du ruisseau Clear. Puis, presque sans aide, ils bâtirent une scierie. Elle rapporta suffisamment de capital à Edwin Delevan pour qu’il en construise une deuxième avec son père en 1851. Sept ans plus tard, celui-ci lui vendit ses installations et ses droits de captation d’eau. Selon le recensement de 1861, Edwin Delevan exploitait une scierie, un moulin à farine, un atelier de rabotage, une fabrique de portes et châssis et un magasin. Après la mort de son père en 1864, il acquit de la succession une grande part de ce qu’il restait des propriétés paternelles.

Au cours des années 1860, le sciage perdit beaucoup d’importance dans l’économie de Tilsonburg et dans les affaires de Tillson. Pour répondre à la demande qui provenait des États-Unis pendant la guerre de Sécession, on défricha et mit en culture beaucoup de terres de la région, ce qui stimula la diversification des moulins. Profitant de cette situation, Tillson agrandit son entreprise et mit en chantier, en 1865, un moulin à avoine et un moulin à pois. De plus, il opta pour la modernisation. Il remplaça les meules par des cylindres. De 1885 à 1886, le bilan global de sa meunerie passa de 3 319,12 $ à 8 391,75 $.

Dans le domaine de la meunerie et des produits agricoles, Tillson est surtout connu pour le gruau dont il fit breveter le procédé de fabrication et qu’il mit en marché sous l’étiquette « Tillson Pan-Dried Oats ». Selon son fils Edwin Van Norman, un médecin lui avait recommandé de consommer du gruau après avoir eu la typhoïde, mais, comme on ne trouvait pas dans la région cet aliment de base du régime des Écossais, il dut bâtir son propre moulin. Construit en 1873, ce moulin produisait chaque jour 125 barils de flocons d’avoine par les méthodes traditionnelles. Ravagé par un incendie, il fut remplacé après 1878 par un moulin plus grand où l’on utilisait le procédé de séchage au four breveté par Tillson. Cette méthode, quoique plus coûteuse que le séchage à la vapeur, améliora considérablement le mode de traitement du gruau et le goût de cette céréale. « Un aliment, pas seulement une friandise », « du bon gruau canadien nourrissant, tout simplement », tels étaient les arguments publicitaires utilisés par Tillson. C’était l’époque où les céréales précuites faisaient leur apparition sur le marché, et la concurrence était vive. Pourtant, grâce à la qualité de son produit et à ses techniques de mise en marché, Tillson réussit à faire connaître son gruau internationalement. Le nouveau moulin avait une capacité de production de presque 200 barils par jour ; il recevait des commandes du Royaume-Uni, de l’Allemagne, de la Norvège. Après 1882, tous les moulins de Tillson furent exploités par la Tillson Company, qu’administraient ses fils Edwin, Fred Bloomfield et George Whiting. Cependant, il ne se désintéressa pas complètement des affaires ainsi, en 1890, il fonda une compagnie ferroviaire pour construire un embranchement – de toute évidence entre ses moulins et un tronçon du Great Western Railway.

Edwin Delevan Tillson fit beaucoup, à d’autres titres, pour le développement de Tilsonburg. Si son père peut être considéré comme le fondateur de la localité, lui en fut le premier chef de file. Le livret d’hommages publié à son décès rend compte de son apport. Ce fut lui qui prit l’initiative de faire ériger Tilsonburg en municipalité en 1872 et qui en fut le premier maire. En outre, il fut président du conseil du canton de Dereham, magistrat rémunéré et, durant plus de 30 ans, maître de poste de Tilsonburg. Il supervisa personnellement la construction de l’usine de distribution d’eau et de la première high school ainsi que le nivellement des rues. C’était un conservateur convaincu, un fervent partisan de la tempérance et un membre actif de l’église méthodiste de sa localité.

À compter de 1882 environ, Tillson se consacra surtout à ce qui serait sa dernière réalisation, Annandale, ferme modèle située près de Tilsonburg. Elle était si bien aménagée et si bien administrée qu’on la comparait à l’Ontario Agricultural College de Guelph. On y employait les techniques les plus récentes de l’agriculture scientifique : ensilage des céréales, ventilation souterraine, élevage sélectif de vaches Holstein, stérilisation de la laiterie et du bâtiment de traitement de la viande. Tout cela, avec les minutieuses pratiques commerciales de Tillson, suscitait l’admiration des associations et des périodiques agricoles, par exemple le Farmer’s Advocate and Home Magazine de London et le Canadian Grocer de Toronto.

Edwin Delevan Tillson tomba malade à Annandale le 29 janvier 1902 et l’on fit venir un médecin chez lui. Après une intervention chirurgicale, il sembla prendre du mieux, mais il mourut le 31. Il laissait sa femme et cinq enfants. À Tilsonburg, en signe de deuil, on fit sonner le glas et on mit les drapeaux en berne. Successeur de son père, Edwin Delevan Tillson avait su moderniser son entreprise pour répondre aux besoins d’une société en pleine croissance. Il personnifie les grands industriels canadiens de la fin du xixe siècle.

Bruce L. Richard

On trouve de nombreux documents d’archives sur la vie d’Edwin Delevan Tillson à la résidence où il a vécu à Tillsonburg, Ontario, maintenant administrée par la Tillsonburg and Dist. Hist. Museum Soc., et appelée la Tillsonburg Museum and Annandale House.

AN, RG 31, C1, 1851, 1861, 1871, Dereham Township.— Oxford Land Registry Office (Woodstock, Ontario), Dereham Township, abstract index to deeds and deeds for concessions 11–12, lots 1–4 (mfm aux AO).— Farmer’s Advocate and Home Magazine, 15 févr. 1902.— Tilsonburg Liberal (Tilsonburg [Tillsonburg]), 6 févr. 1902.— L. A. Beechey, « E. D. and Mary Ann Tillson’s Annandale House » ([Tillsonburg], 1990) ; « E. D. Tillson : Annandale Farm » (1987) ; « E. D. Tillson’s other business » (1988) ; « E. D. Tillson’s real estate » (1988) ; « The mills » (1987) ; « Tillson family homes » (1989) [brochures de la Tillsonburg and Dist. Hist. Museum Soc., qu’on peut consulter au musée].— Canadian album (Cochrane et Hopkins), 1.— Canadian biog. dict.— J. I. Cooper, Earliest Tillsonburg (Tillsonburg, [1981]) ; on peut aussi consulter au musée des essais non publiés sur l’histoire de la ville préparés pour la Tillsonburg and Dist. Hist. Museum Soc., 1972–1984.— J. I. Cooper et John Armstrong, Tillsonburg a history, 1825–1982 (Tillsonburg, 1984).— In memoriam Edwin Delevan Tillson (Tilsonburg, 1902 ; exemplaire au Tillsonburg Museum, Reference files, 84.18.01).— A. F. Marquette, Brands, trademarks and good will : the story of the Quaker Oats Company (New York, 1967).— E. D. Tillson, Record of George and Nancy Tillson’s family [...] (Tilsonburg, [1889] ; réimpr., Tillsonburg. 1973 ; exemplaire déposé au musée).— Topographical and historical atlas of Oxford, Ontario (Toronto, 1876), réimpr., Illustrated historical atlas of Oxford County, Ontario (Belleville, Ontario, 1972).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Bruce L. Richard, « TILLSON, EDWIN DELEVAN », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 13, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 24 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/tillson_edwin_delevan_13F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/tillson_edwin_delevan_13F.html
Auteur de l'article:   Bruce L. Richard
Titre de l'article:   TILLSON, EDWIN DELEVAN
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 13
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1994
Année de la révision:   1994
Date de consultation:   24 octobre 2014