DCB/DBC Mobile beta
+

Nouvelles du DBC/DCB

FR:UNDEF:public_sidebar_new_caption

FR:UNDEF:public_sidebar_updated_caption

FR:UNDEF:public_sidebar_bio_of_the_day_caption

BRUNET, WILFRID-ÉTIENNE – Volume XII (1891-1900)

né le 21 octobre 1832 à Québec

La Confédération

Le gouvernement responsable

Sir John Alexander Macdonald

De la colonie de la Rivière-Rouge au Manitoba (1812–1870)

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports et sportifs

Les Fenians

Les femmes dans le DBC/DCB

FR:UNDEF:public_special_conferences_1864_caption

FR:UNDEF:public_special_essays_caption

FR:UNDEF:public_special_acadians_caption

FR:UNDEF:public_special_explorers_caption

FR:UNDEF:public_special_war_of_1812_caption

FR:UNDEF:public_special_wartime_pms_caption

FR:UNDEF:public_special_ww1_caption

VOLANT DE RADISSON, ÉTIENNE, arpenteur et marchand à Montréal, né du mariage de Claude Volant de Saint-Claude, marchand, et de Françoise Radisson, baptisé à Trois-Rivières le 29 octobre 1664, décédé le 14 juin 1735, dans la région de Montréal, sans laisser de descendants. Ses deux frères aînés, jumeaux, les abbés Claude et Pierre Volant de Saint-Claude, étaient au nombre des premiers élèves admis au petit séminaire de Mgr de Laval.

À Sorel, le 9 décembre 1693, Volant épousa Geneviève Letendre, veuve de Jean-François-Xavier Pelletier qui, l’année précédente, avait péri aux mains des Iroquois. En 1694, on concéda à Volant, à titre de fief et de seigneurie, un groupe d’îles sur le lac Saint-Pierre, près de Sorel.

En qualité d’arpenteur du roi, il entreprit, entre 1697 et 1704, des relevés cadastraux à Montréal et dans les environs. En 1699, il s’occupait activement de négoce dans cette ville. Lorsqu’en 1701 Cadillac [Laumet] se rendit à Détroit pour y établir un fort, Jean Bochart de Champigny engagea Volant pour remplir les fonctions de garde-magasin. Volant fit un autre voyage à Détroit en 1703 et revint à Montréal l’année suivante. Il devint par la suite un des très importants commerçants de Montréal, dirigeant ses affaires, de sa maison de deux étages sise rue Saint-Paul. L’incendie dévastateur de 1734 n’ayant laissé que les quatre murs de sa demeure, il alla vivre dans sa ferme de la côte de la Visitation, près de Montréal. Il y mourut l’année suivante. Au moment de sa mort, il était colonel dans le corps de milice de Montréal et receveur de la Compagnie des Indes dans cette ville.

C. C. J. Bond

AJM, Dossier Radisson, Procès-verbaux d’arpentage ; Greffe de François Lepailleur, 3 juill. 1735 ; Registres d’état civil de Notre-Dame de Montréal, 1735, 7 ; Registre des audiences, 19 juin 1699, 29 juill. 1700, 10 mars 1702.— AN, Col., B, 17, f.368 ; Col., C11A : 61, ff.144, 150.— Massicotte, Répertoire des engagements pour l’Ouest, RAPQ, 1929–30 : 206, 208.— P.-G. Roy, Inv. concessions, IV : 92–94 ; Hommes et choses du fort Saint-Frédéric (Montréal, 1946), 240s.

Bibliographie générale

FR:Citations

FR:UNDEF:public_citation_style_default FR:

Information to be used in other citation formats

Permalink: http://www.biographi.ca/fr/bio/volant_de_radisson_etienne_2F.html
Author of Article:   C. C. J. Bond
Title of Article:   VOLANT DE RADISSON, ÉTIENNE
Publication Name:   FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 2
Publication Details:   FR:UNDEF:public_citation_publisher, 1969
Year of publication:   1969
Year of revision:   1991
Access Date:   21 octobre 2021