DCB/DBC Mobile beta
+

WILSON, MARY ANN (Coates ; Beare), maîtresse de maison, née en 1830, fille de George Wilson et d’une prénommée Margaret ; elle épousa William Henry Coates, puis John Beare*, avec lequel elle n’eut pas d’enfants ; décédée le 13 août 1908 à Prince Albert, Ontario.

On ne trouve aucune mention de Mary Ann Wilson avant la mort de son premier mari (de six ans son cadet), qui survint le 29 janvier 1900 à Prince Albert. Toute sa vie se déroula dans l’ombre de la campagne, sauf ses quatre dernières années, qui lui apportèrent probablement la fortune. Cependant, même à ce sujet, on n’a que des preuves indirectes et des suppositions. Les faits bruts sont peu nombreux. Après 18 mois de veuvage, Mary Ann Wilson épousa John Beare, riche fermier d’un village voisin, Greenbank, qui était depuis peu à la retraite. Le mariage eut lieu à quelque 25 milles de là, à Oshawa, le 31 juillet 1901. Aucun membre de sa famille n’y assista ; aucun des 11 enfants de Beare non plus, ni aucun de leurs conjoints. Le marié se rajeunit de 6 ans, la mariée de 23.

Le couple s’installa dans la spacieuse maison que Beare avait achetée à Port Perry en prévision de sa retraite. Mary Ann garda sa maison de Prince Albert : le rôle d’évaluation de 1902 indique que Mary Ann Beare, non-résidente, en était propriétaire. En 1905, une petite hypothèque sur la propriété fut acquittée ; selon le rôle d’évaluation de l’année suivante, la maison était occupée par la propriétaire. En 1908, on annonça le décès de Mme John Beare de Prince Albert, âgée de 78 ans. Voilà tout ce que l’on sait d’elle.

Toutefois, le dossier contient un autre élément : le transfert des hypothèques détenues par John Beare sur les propriétés qu’il avait vendues à ses cinq fils. Des membres de la belle-famille des fils ou d’autres de leurs proches reprirent ces hypothèques, et Beare fut remboursé en totalité. Il se trouva ainsi avec 10 505 $ comptant, plus tout ce qu’il avait pu mettre de côté pour sa retraite. La question suivante se pose donc : ses fils exigèrent-ils le transfert des hypothèques pour protester contre son remariage, ou est-ce que ce fut lui qui, sous la pression de sa nouvelle femme, voulut se faire rembourser ? Quoi qu’il en soit, tout son argent disparut dans les quatre années où il vécut avec Mary Ann. Il finit ses jours sans le sou, quémandant un porc ou un poulet à l’un ou l’autre de ses fils, dont aucun n’avait de l’affection pour lui.

L’actuelle génération de Beare ne sait, à propos de ce second mariage, rien d’autre que ce qu’ont colporté de vagues bavardages. Un fils de John Beare dit à un voisin : « Le vieux s’est remarié, mais ça n’a pas duré longtemps ; nous autres, on appelait sa femme la Vipère. » « On sait que Johnny Beare s’était mis dans le pétrin à cause d’une femme de Prince Albert qui en voulait à ses biens », déclara un arrière-petit-fils. De cet ensemble de faits et d’indications, il n’est possible de déduire qu’une chose. À l’âge assez vénérable de 71 ans, Mary Ann Coates mit la main sur un joli pécule en recourant à l’une des rares possibilités qui s’offraient alors à une femme de son milieu, le mariage. Comme elle mourut intestat, on ne peut que spéculer sur le profit qu’elle retira de son initiative.

W. H. Graham

Les quelques détails concernant la vie de Mary Ann Wilson ont été recueillis au cours de nos entrevues avec George Keight, maintenant décédé, du canton de Reach (maintenant Scugog), en Ontario, et avec George K. Beare, également décédé, de Greenbank, en Ontario ; nous avons aussi consulté les rôles d’évaluation du canton de Reach (conservés sur microfilms aux AO, MS 611), ainsi que les nécrologies de Mary Ann et John Beare parues dans le North Ontario Observer (Prince Albert, Ontario) le 20 août 1908 et le 9 avril 1914, respectivement.  [w. h. g.]

W. H. Graham, Greenbank : country matters in 19th century Ontario (Peterborough, Ontario, 1988).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

W. H. Graham, « WILSON, MARY ANN », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 13, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 26 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/wilson_mary_ann_13F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/wilson_mary_ann_13F.html
Auteur de l'article:   W. H. Graham
Titre de l'article:   WILSON, MARY ANN
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 13
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1994
Année de la révision:   1994
Date de consultation:   26 octobre 2014