DCB/DBC Mobile beta
+

CHEVALIER, dit Beauchêne, ROBERT, né à la Pointe-aux-Trembles (Montréal) le 23 avril 1686, fils de Jacques Chevalier et de Jeanne Vilain, soldat, aventurier et flibustier, auteur de mémoires, mort à Tours en décembre 1731.

La biographie de Beauchêne chevauche la réalité et la légende. Il est maintenant certain que le personnage a existé et a laissé des mémoires, mais son récit a été considérablement amplifié et modifié par Alain-René Lesage.

Résumons d’abord les incidents de son existence qui sont attestés par des documents ou qui paraissent probables. Les faits relatifs à sa naissance, rapportés plus haut, sont certains. À 20 ans, il s’engage à Lamothe Cadillac [Laumet] avec ses deux frères aînés, Paul et Jean, pour conduire un canot de marchandises à Détroit et en rapporter des pelleteries. Il paraît vraisemblable aussi qu’il prit part à une expédition contre Orange (Albany, N.Y.) et Corlaer (Schenectady) et fit partie, en 1707, du groupe des Canadiens recrutés par Charles-Joseph Amiot de Vincelotte, pour aller à Port-Royal (Annapolis Royal, N.-É.) former l’équipage de la frégate la Biche ; il sert ensuite le capitaine corsaire Pierre Morpain*.

Après une lucrative carrière dans la flibuste, il serait, d’après Lesage, passé en France, où il aurait séjourné à Brest, Saint-Malo et Nantes, et serait mort à Tours, au cours d’une rixe. De fait, on a retrouvé son acte de décès, du 11 décembre 1731, aux registres paroissiaux de cette ville. Il aurait laissé une autobiographie que sa veuve aurait confiée à Lesage, qui la « mit au jour », sous le titre suivant : Les avantures de monsieur Robert Chevalier, dit de Beauchêne, capitaine de flibustiers dans la Nouvelle-France.

L’authenticité de ces mémoires a été fort discutée. Charles de La Roncière et A.-Léo Leymarie les ont crus authentiques. Gilbert Chinard, Ægidius Fauteux et Gustave Lanctot en ont fait une critique rigoureuse et en ont rejeté une bonne partie. Il paraît certain que Chevalier a effectivement rédigé les notes biographiques qui ont servi de canevas à Lesage. Le cadre général du récit, les noms de personnages obscurs, comme celui de l’abbé Périac (Priat), des épisodes comme l’expédition ratée de Corlaer, le voyage en Acadie, l’engagement à Morpain et de nombreux détails correspondent à la réalité historique et n’ont pu être inventés.

Par contre, les Avantures mentionnent plusieurs personnages fictifs, comme celui de Legendre, contiennent de nombreuses confusions de noms et de dates, des anachronismes et des exagérations manifestes. Ces inexactitudes peuvent s’expliquer par des infidélités de mémoire de l’auteur, qui rédigea ses souvenirs longtemps après les évenements, mais aussi par l’intervention de Lesage. Celui-ci a non seulement retouché le style, mais introduit de longs développements, par exemple celui des « mariages de Canada », inspirés de Lahontan [Lom d’Arce] ; il a de plus inventé la longue histoire rocambolesque du comte de Monneville, qui occupe la moitié du livre.

En somme, Chevalier fut un aventurier hâbleur et sans scrupule, qui eut la bonne fortune de rencontrer un écrivain de talent pour le sortir de l’ombre et le transformer en héros de roman.

René Baudry

[Alain-René] Lesage, Les avantures de monsieur Robert Chevalier, dit de Beauchêne, capitaine de flibustiers dans la Nouvelle-France (2 vol., Paris, 1732). Le titre a été ainsi modifié dans plusieurs éditions subséquentes : Les aventures du Chevalier de Beauchêne.— RAPQ, 1929–30 : Massicotte, Répertoire des engagements pour l’Ouest, 240s.— Tanguay, Dictionnaire.— Charles de La Roncière, Histoire de la marine française (6 vol., Paris, 1899–1932), VI : 508–516.— Gilbert Chinard, LAmérique et le rêve exotique dans la littérature française au XVIIe et au XVIIIe siècle (Paris, 1913), 271–279.— Gustave Lanctot, Faussaires et faussetés en histoire canadienne (Montréal, 1948), 130–147.— Gilbert Chinard, Les aventures de Chevalier de Beauchêne, de Lesage, Revue du XVIIIe siècle (Paris), I (1913) : 279–293.— Ægidius Fauteux, Les aventures du chevalier de Beauchêne, Cahiers des Dix, II (1937) : 7–33.— Robert Le Blant, Les études historiques sur la colonie française d’Acadie, 1603–1713, Revue dhistoire des colonies (Paris), XXXV (1948) : 105.— A.-L. Leymarie, Robert Chevalier dit de Beauchêne, capitaine de flibustiers dans la Nouvelle-France (1686–1731), NF, V (1930) : 358–362.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

René Baudry, « CHEVALIER, Beauchêne, ROBERT », dans FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 2, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 30 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/chevalier_robert_2F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/chevalier_robert_2F.html
Auteur de l'article:   René Baudry
Titre de l'article:   CHEVALIER, Beauchêne, ROBERT
Titre de la publication:   FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 2
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1969
Année de la révision:   1969
Date de consultation:   30 septembre 2014