DCB/DBC Mobile beta
+

ASKIN, JOHN BAPTIST (aussi appelé Jean-Baptiste), officier de milice et fonctionnaire, né le 10 avril 1788, à Detroit, fils de John Askin*, le jeune ; il épousa, le 17 octobre 1814, Elisa Van Allen, du comté de Haldimand, Haut-Canada, et ils eurent huit enfants ; décédé le 14 novembre 1869 à London, Ontario.

L’ascendance maternelle de John Baptist Askin est mal connue. Sa mère vivait dans les territoires indiens, à l’ouest de Detroit, et son nom n’a pas été conservé. Dans sa notice nécrologique, le Daily Advertiser de London affirme que sa mère était de pure race indienne et qu’il n’était « pas peu fier de descendre des premiers seigneurs de la forêt ». Sa mère, néanmoins, a pu être une captive de race blanche. Sa grand-mère paternelle, la femme de John Askin*, était vraisemblablement une Indienne nommée Manette.

En 1810, John Baptist Askin accompagna son père à l’île St Joseph (près de Sault-Sainte-Marie, Ontario) et passa deux hivers à faire la traite dans les régions de la rivière St Croix et du lac du Flambeau, dans le nord du Wisconsin. Quand éclata la guerre de 1812, le père et le fils servirent sous les ordres du capitaine Charles Roberts* lors de la prise de Michillimakinac, le 17 juillet 1812. En août, John Baptist mena une bande d’Indiens au major général Isaac Brock*, à Detroit, mais il arriva après que le général de brigade William Hull, le commandant américain, se fut rendu. Plus tard, Askin servit comme interprète sous le colonel Henry Procter*, à la bataille de Frenchtown (près de Monroe, Michigan), le 22 janvier 1813.

Selon la Free Press de London, Askin, après la guerre, fut commissaire adjoint jusqu’en 1819. S’étant établi à Vittoria, dans le comté de Norfolk, Haut-Canada, il fut nommé greffier de la paix en 1819 et greffier de la Cour de district en 1820, postes qu’il conserva jusqu’en 1849. Il fut aussi greffier adjoint de la couronne jusqu’en 1859 et fonctionnaire chargé de délivrer des permis.

En 1831, Askin avait été nommé membre du conseil de l’éducation pour le district de London, en même temps que John Rolph et quelques autres, et, en 1832, il déménagea à London, après que la Cour de district eut quitté Vittoria. Il devint un éminent citoyen de London et résidait dans un vaste domaine dans le canton de Westminster, qui fait maintenant partie de London. Il émit des titres de propriété pour le colonel Thomas Talbot* et, en 1833, il joua un rôle prépondérant dans la fondation d’un Mechanics’ Institute dans la ville. Askin fut le premier président de la Société d’agriculture de Middlesex et le resta pendant 30 ans avant de se retirer en 1867.

Dès le 12 décembre 1837, Askin commença à recruter des volontaires et à prendre part à des engagements pour étouffer la rébellion conduite par William Lyon Mackenzie. Nommé commandant d’un bataillon de milice en service actif pour une courte période, il fut promu colonel le 3 février 1838. Son activité militaire ne fut pas considérable : elle se résuma presque entièrement à détruire la presse et les caractères typographiques du Liberal de St Thomas, un journal publié par John Talbot*, qui prit la fuite pour éviter d’être arrêté. Askin participa aussi au combat de sir Allan Napier MacNab contre le docteur Charles Duncombe, à Scotland, Haut-Canada.

L’ascendance indienne d’Askin ne paraît pas avoir été pour lui un obstacle, et ses liens de famille du côté paternel, dans une société où le fait d’avoir des relations était important, le servirent. Askin et les siens étaient les bienvenus dans les meilleures maisons de London.

J. J. Talman

APC, MG 24, G33 ; I26, 7.— UWO, Westminster Township (Middlesex County, Ont.), assessment roll, 1869 (mfm aux PAO, RG 21, A).— The John Askin papers, M. M. Quaife, édit. (2 vol., Détroit, 1928–1931), 1 : 68–69.— Daily Advertiser (London), 15 nov. 1869.— London Free Press, 16 nov. 1869.— L. H. Irving, Officers of the British forces in Canada during the war of 1812–15 (Welland, Ont., 1908), 211.— Ontario Register (Madison, N.J.), I (1968) : 46.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

J. J. Talman, « ASKIN, JOHN BAPTIST », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 20 déc. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/askin_john_baptist_9F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/askin_john_baptist_9F.html
Auteur de l'article:   J. J. Talman
Titre de l'article:   ASKIN, JOHN BAPTIST
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1977
Année de la révision:   1977
Date de consultation:   20 décembre 2014