DCB/DBC Mobile beta
+

FASKEN, DAVID, avocat et homme d'affaires, né le 31 décembre 1860 dans le canton de Pilkington, Haut-Canada, fils de Robert Fasken et d'Isabel Milne ; en 1885, il épousa Alice Winstanley, et ils eurent une fille, qui mourut bébé, et un fils ; décédé le 2 décembre 1929 à Toronto et inhumé à Elora, Ontario.

En 1837, Robert Fasken immigra d'Écosse avec sa famille ; sept ans plus tard, il prit possession d'une terre près d'Elora. Né dans la ferme familiale, cinquième de dix enfants, David Fasken fréquenta l'école à Elora. En 1882, lorsqu'il obtint une licence ès arts de la University of Toronto, il choisit le droit. Il fit son stage à Toronto, d'abord chez Beaty, Hamilton, and Cassels, puis au cabinet de William Henry Beatty*, qui s'occupait des affaires de l'empire Gooderham and Worts. Admis au barreau en 1885, il continua d'exercer au sein de ce cabinet.

Beatty fut le mentor de Fasken, mais les deux hommes étaient assez dissemblables. Conservateur et anglican, Beatty venait d'une famille de la haute bourgeoisie torontoise. Libéral et méthodiste, Fasken n'était, de l'avis de Beatty, qu'un garçon de ferme mal dégrossi. Bien qu'il ait évité de se faire remarquer, il avait de l'énergie et de l'ambition et, selon un biographe, « la capacité de concentrer ses efforts de manière soutenue, de porter attention aux détails et de soupeser les faits sans le moindre préjugé » – qualités qui le rendaient cher à Beatty. Dès 1902, celui-ci, de plus en plus pris par des affaires commerciales, laissa à Fasken la direction du cabinet, qui portait alors le nom de Beatty, Blackstock. Formé de 15 avocats, dont le gendre de George Gooderham*, Thomas Gibbs Blackstock, et le frère de celui-ci, George Tate Blackstock, c'était le plus gros au Canada.

Fasken suivit l'exemple de Beatty en combinant la pratique du droit avec une série d'affaires commerciales qui s'avérèrent lucratives. Peu après la constitution juridique de l'Excelsior Life Insurance Company en 1889, il avait acheté des actions de cette société en difficulté et encouragé les Gooderham à en faire autant. Réunies au moment des votes, ces actions assuraient à Fasken le contrôle de l'entreprise. Élu président le 13 février 1900, il le resterait jusqu'à sa mort. Même s'il dirigeait les activités à temps partiel, il fit de l'Excelsior Life une compagnie rentable.

Ce même esprit d'initiative poussa Fasken à se placer au premier rang des financiers résolus à exploiter le potentiel minier et récréatif du bouclier précambrien dans le « Nouvel-Ontario ». Pendant la construction du Temiskaming and Northern Ontario Railway, en 1903, on découvrit de l'argent au lac Long (lac Cobalt). Ce fut la ruée, une petite ville surgit de terre, mais dans l'ensemble, les banques canadiennes refusèrent d'avancer des fonds. Rapidement, l'année suivante, Fasken s'associa à Ellis P. Earle et à d'autres investisseurs new-yorkais et fonda la Nipissing Mining Company Limited, qui acquit des concessions d'une superficie totale de 846 acres au centre du camp. Président et membre du conseil d'administration de cette entreprise durant de nombreuses années, Fasken était aussi un administrateur et un gros actionnaire de la société La Rose Consolidated Mines Limited et de la Trethewey Silver-Cobalt Mine Limited. En 1909, le Montreal Daily Star le rangea parmi les 17 Canadiens et 8 Américains que Cobalt avait rendus millionnaires. Tout en rassemblant une bonne part du capital nécessaire à l'exploitation des gisements de ce territoire accidenté, Fasken acquit les trois usines hydroélectriques qui approvisionnaient Cobalt. En 1911, il les fusionna en une entreprise baptisée Northern Ontario Light and Power Company Limited, dont il devint président. En outre, il organisa la Northern Canada Power Company Limited.

Encouragé par son succès à Cobalt, Fasken avait saisi d'autres occasions d'investir. Avec le benjamin de ses frères, Alexander, associé au même cabinet d'avocats, et avec William George Gooderham, il finançait des hôtels, des vapeurs et des magasins généraux dans la nouvelle localité de Temagami, située au bord du lac du même nom et où passait le Temiskaming and Northern Ontario Railway. En 1910, avec Earle, son frère Alexander et d'autres, il forma un consortium en vue d'investir dans le nouveau gisement aurifère Porcupine [V. Benjamin Hollinger*], découvert peu de temps auparavant au nord-ouest de Cobalt et situé aussi sur le trajet du Temiskaming and Northern Ontario Railway. Deux ans plus tard, avec d'autres millionnaires canadiens et américains, il fonda la Canadian Mining Exploration Company Limited. Le 31 décembre, son président, Ambrose Monell, déclara que, dans ses huit premiers mois d'existence, l'entreprise avait étudié 400 propriétés en vue de les mettre en valeur mais avait rejeté la plupart d'entre elles. Avec son frère et Earle, Fasken forma un consortium afin de financer le jalonnement des concessions à la mine de Flin Flon, au Manitoba. Les deux frères se rendirent sur les lieux en 1915 ; ils firent une partie du voyage en chariot à bœufs et en canot.

De plus en plus compétent en matière de droit minier, le cabinet de Fasken, qui assurait des services juridiques où lui-même avait des intérêts, gagnait de nouveaux clients dans le secteur des mines. Fasken le réorganisa donc en fonction de ses propres besoins. En septembre 1906, en vertu d'une révision du contrat d'association, il avait été officiellement reconnu associé directeur général de Beatty, Blackstock. En 1910, il reçut le titre de conseiller du roi. Cinq ans plus tard, le cabinet prit le nom de Fasken, Cowan, Chadwick, and Rose et quitta l'édifice de la Banque de Toronto (qui avait des liens avec les Gooderham) pour s'installer dans le nouvel immeuble de l'Excelsior Life, rue Toronto. Ce déménagement attestait l'emprise de Fasken. Comme sa propre maison et d'autres bâtiments financés par lui, y compris une aile du Toronto Western Hospital, l'édifice de l'Excelsior Life était l'œuvre de son ami l'architecte Edward James Lennox*. Les relations de Fasken avec le Toronto Western Hospital, auquel il donna 500 000 $, n'étaient pas tout à fait désintéressées. Les médecins fournissaient des rapports d'examen et des avis à l'Excelsior Life ; les conseillers juridiques de l'hôpital appartenaient au cabinet de Fasken.

En 1914, Fasken avait acquis 226 000 acres de terre près de Midland, au Texas, dans l'intention de les subdiviser pour l'agriculture. Il s'installa dans cette région, probablement pour des raisons de santé. Dès 1918, il passait le plus clair de son temps dans son ranch et ne retournait à Toronto qu'à l'occasion. Il fonda la localité de Fasken en 1917, fit constituer juridiquement la Midland Farm Company et construisit un chemin de fer qui menait à la nouvelle ville. Cependant, peu de gens vinrent s'y établir. Dès les années 1920, elle serait déserte.

En 1919, David Fasken quitta la pratique du droit pour cause de maladie ; son frère Alexander devint alors associé directeur général du cabinet. Malgré ses activités au Texas, Fasken avait conservé une résidence à Toronto ainsi que de vastes fermes près d'Elora et de Clarkson (Mississauga) et un chalet à Temagami. Il s'éteignit à Toronto en décembre 1929. Sa succession valait 1 792 300 $, ce qui ne comprenait pas les riches gisements pétroliers découverts par la suite dans son ranch texan. Le Toronto Daily Star, négligeant ses autres réalisations, titra : « Décès du riche magnat des mines David Fasken ». Aujourd'hui, le cabinet d'avocats qu'il avait dirigé porte toujours son nom, mais on connaît peu cet homme qui, tel Midas, transformait tout en or.

C. IAN KYER

AO, RG 22-305, nº 63434.- BAC, RG 31, C1, 1871, Pilkington Township, Ontario, div. 2 : 7 ; 1901, Toronto, Ward 4, div. 25 : 11 (mfm aux AO).- Fasken Martineau DuMoulin Arch. (Toronto), W. H. Beatty à C. W. Beatty, 3 août 1892 (copie) ; documentation concernant David Fasken, particulièrement l'arbre généalogique de la famille Fasken (1966) ; entente de partenariat entre W. H. Beatty, E. M. Chadwick, David Fasken et autres, 1er sept. 1906 ; mémoires de J. B. Robinson.- Wellington South Land Registry Office (Guelph, Ontario), Pilkington Township, deeds, 2 (1852–1862) : f. 7, nº 3528 (mfm aux AO).- Cobalt Daily Nugget (Cobalt, Ontario), sept. 1910.- Daily Mail and Empire, 10 déc. 1927.- Globe, 3 déc. 1929.- Toronto Daily Star, 4 déc. 1929.- Canadian annual rev., 1909 : 348 ; 1910 : 398 ; 1912 : 644.- Canadian men and women of the time (Morgan ; 1912).- Fasken c. Minister of National Revenue, [1949] Dominion Law Reports (Toronto), 1 : 810–839.- Alexander Fraser, A history of Ontario : its resources and development (2 vol., Toronto et Montréal, 1907), 1 : 584s.- The handbook of Texas (3 vol., Austin, Tex., 1952–1976), 3 : 293.- B. W. Hodgins et Jamie Benedickson, The Temagami experience : recreation, resources, and aboriginal rights in the northern Ontario wilderness (Toronto, 1989).- C. I. Kyer, « The transformation of an establishment firm : from Beatty Blackstock to Faskens, 1902–1915 », dans Essays in the history of Canadian law, D. H. Flaherty et al., édit. (8 vol. parus, [Toronto], 1981– ), 7 (Inside the law : Canadian law firms in historical perspective, Carol Wilton, édit., 1996), 161–206.- Marilyn Litvak, Edward James Lennox : « Builder of Toronto » (Toronto, 1995).- Standard dict. of Canadian biog. (Roberts et Tunnell), 2.- R. J. Surtees, The northern connection : Ontario Northland since 1902 (Toronto, 1992).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

C. IAN KYER, « FASKEN, DAVID », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 15, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 20 avril 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/fasken_david_15F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/fasken_david_15F.html
Auteur de l'article:   C. IAN KYER
Titre de l'article:   FASKEN, DAVID
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 15
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   2005
Année de la révision:   2005
Date de consultation:   20 avril 2014