DCB/DBC Mobile beta
+

McARTHUR (Macarthur), ALEXANDER, employé de la Hudson’s Bay Company et homme d’affaires, né le 5 juin 1843 à Nairn (région de Highland, Écosse), fils de John Macarthur et de Sarah Dallas ; le 22 juin 1880, il épousa Hannah May Hutchins, et ils eurent deux fils qui moururent en bas âge ; décédé le 21 août 1887 à Winnipeg.

Alexander McArthur fit ses études à Nairn, où il devint secrétaire du Nairn Literary Institute. Après avoir travaillé dans une étude d’avocat de l’endroit, il immigra au Canada en 1861. Entre 1864 et 1868, il eut un emploi de commis au département de Montréal de la Hudson’s Bay Company ; il travailla ensuite dans un établissement bancaire à Montréal et à Toronto.

En octobre 1869, McArthur se rendit dans la colonie de la Rivière-Rouge (Manitoba), peut-être en qualité d’agent d’une maison de commission établie à Montréal, la firme McArthur and Martin. Pendant les troubles qui éclatèrent à la Rivière-Rouge, il joua un rôle mal connu et que l’on a confondu avec celui de son frère Peter, qui fut au nombre des personnes arrêtées par Louis Riel le 7 décembre 1869, en même temps que John Christian Schultz*. Il se peut, néanmoins, qu’Alexander ait été parmi les gens arrêtés et emprisonnés au début de décembre. Avant la fin de l’année, il avait ouvert une entreprise de marchandises générales à Winnipeg ; l’année suivante, il acheta une scierie sur la rivière du même nom et mit sur pied un commerce de bois au détail à Winnipeg. Il semble qu’il vendît la scierie en 1876 et le commerce de bois en 1878. Cette année-là, McArthur contribua à la création de la Compagnie de placements de Manitoba, dont il fut vice-président et directeur général jusqu’en 1885 ; Andrew Graham Ballenden Bannatyne occupait le poste de président. En plus de ses autres affaires, il devint agent de la North West Navigation Company, société que son frère Peter fonda en 1880 et vendit en 1883.

McArthur se présenta à plusieurs élections. En janvier 1874, il tenta vainement de se faire élire au conseil municipal de Winnipeg, et deux ans plus tard, lors d’une élection provinciale partielle tenue dans St Paul’s, il subit la défaite en se présentant comme candidat opposé au gouvernement de Robert Atkinson Davis*, une coalition modérée de francophones et d’anglophones. Il remporta finalement une victoire en 1879, en étant élu échevin à Winnipeg. Cette année-là, McArthur, George Bryce* et Alexander Begg* comptèrent parmi les fondateurs de la Société historique et scientifique de Manitoba. McArthur devint membre du conseil exécutif et président de cette société, au profit de laquelle il rédigea également des études historiques et zoologiques. À la fin des années 1870, il était un des soutiens financiers et secrétaire-trésorier du tout récent Hôpital Général de Winnipeg.

Les années 1880 s’avérèrent désastreuses pour McArthur, autant sur le plan des affaires que dans sa vie privée. En 1882–1883, la prétendue vague de prospérité que connaissait la ville de Winnipeg prit fin abruptement, et McArthur fut parmi les nombreux spéculateurs et investisseurs durement touchés. En janvier 1886, sa femme et son second fils moururent en l’espace de moins d’une semaine. En décembre, des ennuis d’argent le forcèrent à vendre sa bibliothèque personnelle de 300 volumes, ses tableaux et sa célèbre collection d’oiseaux empaillés, laquelle fut acquise par James Jerome Hill, de St Paul, au Minnesota.

Courageusement, McArthur annonça à la mi-février 1887 qu’il se préparait à mener une expédition dans l’Arctique en vue d’explorer la région et de recueillir des spécimens ornithologiques. Ayant l’intention de gagner Norway House (Manitoba) à dos de poney, puis l’inlet Chesterfield (Territoires du Nord-Ouest) en traîneau à chiens, il espérait atteindre le pôle magnétique par baleinier et, après avoir passé l’hiver près de la terre du Roi-Guillaume, étudier les territoires inexplorés. Les spécimens ornithologiques devaient être remis à la Smithsonian Institution, qui acceptait de payer une partie des dépenses. Avec deux compagnons, un commis de pharmacie et un domestique, McArthur ne se rendit toutefois pas au-delà d’un certain endroit situé entre Norway House et Oxford House (Manitoba) ; ayant appris qu’ils ne recevraient pas l’aide des Inuit sur laquelle ils comptaient, les voyageurs revinrent à Winnipeg en mars. Il prépara une deuxième expédition, mais il mourut le 21 août 1887 avant de pouvoir se mettre en route.

Il semble que McArthur voulait à tout prix accomplir quelque action d’éclat qui lui aurait valu la renommée. En 1878, il avait tenté sans succès d’importer des rennes de Norvège dans le Nord-Ouest du Canada, dans des régions où la neige abondante et le manque de routes rendaient difficiles le transport et les communications. Son projet d’exploration de l’Arctique manquait aussi de perspicacité dans sa préparation comme dans son exécution. Les capacités de McArthur n’étaient pas toujours à la hauteur de son imagination.

John D. Ingram

Alexander McArthur est l’auteur des articles suivants parus dans HSSM Trans. : « The causes of the rising in the Red River Settlement, 1869–70 », 1 (oct. 1882) ; « A tragedy on the plains : the fate of Thomas Simpson, the Arctic explorer », 27 (déc. 1886) ; et « Our winter birds », 28 (janv. 1887).

PAM, HBCA, B.134/g/38–43 ; MG 7, B7–1, Marriages, no 146 ; Burials, no 19 ; MG 14, C20 ; C66.— Begg, Red River journal (Morton).— Alexander Begg et W. R. Nursey, Ten years in Winnipeg : a narration of the principal events in the history of the city of Winnipeg from the year A.D. 1870, to the year A.D. 1879, inclusive (Winnipeg, 1879).— Peter MacArthur, « The Red River rebellion », Manitoba Pageant (Winnipeg), 18 (1972–1973), no 3 : 22–24.— Manitoba Daily Free Press, 11, 17–22 nov. 1876, 3 juin 1878, janv., 24 févr. 1879, 5 janv., 4 mai 1880, 3, 8 févr. 1881, 26 févr. 1883, 15 févr., 31 mars, 22 août 1887.— Winnipeg Daily Times, 1880–1881.— J. A. Jackson, The centennial history of Manitoba (Toronto, 1970).— Morton, Manitoba (1967).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

John D. Ingram, « McARTHUR, ALEXANDER (1843-1887) », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 11, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 23 nov. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/mcarthur_alexander_1843_1887_11F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/mcarthur_alexander_1843_1887_11F.html
Auteur de l'article:   John D. Ingram
Titre de l'article:   McARTHUR, ALEXANDER (1843-1887)
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 11
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1982
Année de la révision:   1982
Date de consultation:   23 novembre 2014