DCB/DBC Mobile beta
+

WITHROW, WILLIAM JAMES, ingénieur, fonctionnaire, milicien et officier, né le 28 octobre 1868 à Hamilton, Ontario, un des deux fils de William Henry Withrow* et de Sarah Anne Smith ; le 7 septembre 1896, il épousa à Toronto Edith Mary Burns, puis le 16 juin 1908, à Ottawa, Margaret Eleanor Guinevere McCarthy, et ils eurent trois enfants ; décédé le 4 mai 1917 à Mont-Saint-Éloi, France.

On sait peu de chose sur l’enfance de William James Withrow. Il fréquenta la Model Grammar School et le Collegiate Institute à Toronto, puis obtint en 1890, de la University of Toronto, une licence ès arts avec spécialisation en génie. Dès 1893, il était dessinateur à la Fetherstonhaugh and Company, firme d’avocats et d’ingénieurs dans le domaine des brevets, et habitait toujours chez ses parents, rue Jarvis. Chose peu inhabituelle pour un membre de la classe moyenne, il avait trouvé le temps de servir dans les rangs du 2nd Battalion of Rifles (Queen’s Own Rifles of Canada), une des unités de milice les plus sélectes de Toronto, de 1888 à 1891. Il travailla à la Fetherstonhaugh and Company au moins jusqu’en 1895 ; au moment de son premier mariage, il était agent de brevets à Montréal. Dès 1899, il était revenu à Toronto et travaillait comme ingénieur-concepteur pour la Luxfer Prism Company Limited.

Après 1901, quand sa femme décéda, Withrow s’établit à Ottawa, et lorsque la Première Guerre mondiale éclata, il était examinateur des brevets au département de l’Agriculture. En 1914, il s’enrôla dans la 3rd (Ottawa) Field Engineer Company, unité de milice qui n’allait pas outre-mer ; encore là, semble-t-il, il faisait partie des hommes de troupe. Le 4 décembre 1915, le 2nd Pioneer Battalion du Corps expéditionnaire canadien le porta à son effectif en tant que lieutenant. À ce moment-là, Withrow s’était remarié et était père de trois enfants ; l’un d’eux, Wilfrid Forbes, serait blessé et recevrait la médaille militaire juste avant la mort de son père.

Les bataillons de pionniers étaient une innovation récente que le haut commandement avait dû accepter en raison des exigences de la guerre de tranchées. Il fallait des milliers de soldats pour maintenir les positions de défense qui s’étendaient de la Suisse à la Manche et des milliers encore pour creuser d’autres ouvrages de défense. Les pionniers – essentiellement un croisement d’ingénieurs et de soldats d’infanterie – assumeraient la charge de l’entretien et des nouvelles constructions, et ils n’acceptaient que des ouvriers qualifiés. Après s’être embarqué pour la France le 12 mars 1916, Withrow devint officier des mitrailleuses Lewis de son bataillon, peut-être parce qu’il avait suivi un cours de tir au mousquet au Canada. Étant l’un des trois officiers de la section spécialisée (les autres s’occupaient respectivement de la reconnaissance et des bombardements), il devait veiller à ce que les servants des mitrailleuses Lewis aient une formation appropriée et reçoivent les armes et l’équipement nécessaires. On ne sait pas exactement quelles étaient les activités de Withrow et de sa section au front, mais fort probablement, ils occupaient des positions de défense pendant que le reste du bataillon et les équipes de travail de l’infanterie qui l’accompagnaient creusaient des tranchées et y posaient des barbelés. Pendant la bataille des cratères de Saint-Éloi (Sint-Elooi, Belgique), en avril, le 2nd Pioneer Battalion aménagea, pour les soldats canadiens, les tranchées qui avaient été prises aux Allemands.

Le 9 janvier 1917, Withrow passa au quartier général du Corps d’armée canadien et prit le commandement de la section d’arpentage. Son travail consistait à superviser la production des cartes spécialisées à grande échelle, dont les plans de redoutes, de batteries et d’autres positions ou unités de défense. L’équipement de reproduction était rudimentaire ; beaucoup de cartes devaient être distribuées sous forme manuscrite. Withrow resta au commandement tout au long de la bataille de la crête de Vimy en avril. Bon nombre des croquis et dessins produits pour cette opération furent donc exécutés sous sa supervision.

Au début de mai, Withrow fut nommé quartier-maître du 2nd Pioneer Battalion. Le 4, en regardant une partie de baseball, il tomba de son cheval et mourut. L’autopsie conclut qu’il avait succombé à une « dilatation aiguë causée par le surmenage et l’excès de chaleur », donc à une crise cardiaque. Même si Withrow avait été jugé en bonne santé à l’âge de 48 ans, l’autopsie révéla aussi la présence de beaucoup de tissu adipeux dans le ventricule droit. Cependant, on n’avait pas encore, à l’époque, fait le lien entre cardiopathie et régime riche en lipides.

William James Withrow n’atteignit jamais les échelons supérieurs de la fonction publique ni de la milice. Son importance ne tient pas à son grade, mais à ce qu’il représente : les hommes qui étaient entrés dans une profession à la fin du xixe siècle et dont la Première Guerre mondiale changea complètement la destinée.

William Rawling

AN, RG 9, III, 4454, classeur 6, dossier 6 ; 4709, classeur 10, dossier 5 ; 5010 ; RG 150, Acc. 1992–93/166.— AO, RG 80-5-0-241, no 15438 ; RG 80-5-0-374, no 5907 ; RG 80-8-0-249, no 1303.— Ottawa Citizen, 11 mai 1917.— Annuaire, Toronto, 1892–1903.— Canada, dép. de la Milice et de la Défense, Canadian Expeditionary Force : nominal rolls (13 vol., Ottawa, 1915–1918), 13, 2nd Pioneer Battalion.— J. S. Murray, « British-Canadian military cartography on the Western Front, 1914–1918 », Archivaria (Ottawa), no 26 (été 1988) : 52–65.— Univ. of Toronto, University of Toronto roll of service, 1914–1918 (Toronto, 1921).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

William Rawling, « WITHROW, WILLIAM JAMES », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 14, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 24 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/withrow_william_james_14F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/withrow_william_james_14F.html
Auteur de l'article:   William Rawling
Titre de l'article:   WITHROW, WILLIAM JAMES
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 14
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1998
Année de la révision:   1998
Date de consultation:   24 octobre 2014