DCB/DBC Mobile beta
+

CAMPBELL, FRANCIS WAYLAND, médecin, éducateur, officier de milice et rédacteur en chef, né le 5 novembre 1837 à Montréal, fils de Rollo Campbell* et d’Elizabeth Steel ; en octobre 1861, il épousa Agnes Stuart Rodger de Greenock, Écosse, et ils eurent deux fils et une fille ; décédé le 4 mai 1905 à Montréal.

Francis Wayland Campbell fréquenta deux écoles montréalaises, la Dutton’s Academy et le Canada Baptist College. Durant 6 ans, apparemment à compter de l’âge de 14 ans, il travailla pour son père, éditeur du Pilot. En 1852, il lança un mensuel pour les jeunes sur la tempérance, le Life Boat, qu’il publia pendant plus d’un an. En décembre 1855, Campbell entra en médecine au McGill College, où il obtint son diplôme en 1860, puis alla poursuivre ses études en Europe. En 1861, il reçut le diplôme du Royal College of Physicians de Londres.

En 1862, une fois de retour à Montréal avec sa femme, Agnes Stuart Rodger, Campbell ouvrit un cabinet de médecin. Examinateur pour le compte de la New York Life Insurance Company à partir de 1868, il devint par la suite médecin chef pour tout le Canada. Vers 1880, il remplirait la même fonction à la Compagnie d’assurance des citoyens du Canada.

Au début de 1871, Campbell s’associa avec les docteurs Charles Smallwood*, William Hales Hingston, Aaron Hart David et Edward H. Trenholme pour fonder une école de médecine à Montréal. Ils estimaient qu’il fallait créer une autre école de langue anglaise pour casser le monopole qu’exerçaient la faculté de médecine du McGill College et le Montreal General Hospital. Leur but était d’offrir une formation aux étudiants refusés à McGill (David en particulier voulait que l’on accepte les candidats juifs) et de promouvoir l’emploi, par les hôpitaux et autres établissements, de diplômés qui ne venaient pas de McGill. Même si l’école devait avoir son siège à Montréal, ses fondateurs veillèrent à l’affilier sans délai au Bishop’s College de Lennoxville afin qu’elle jouisse du statut d’université et puisse conférer des diplômes. L’école devint la faculté de médecine du Bishop’s College et ouvrit ses portes le 4 octobre 1871. Campbell fut nommé secrétaire-trésorier, registraire et professeur des instituts de médecine.

Campbell, qui s’intéressait toujours au journalisme, rassembla en 1862 des rapports d’hôpitaux montréalais et les transmit au British American Journal [...] de Montréal. En 1864, lui-même et George Edgeworth Fenwick* devinrent corédacteurs d’une autre publication montréalaise, le Canada Medical Journal and Monthly Record of Medical and Surgical Science. En raison de « différends personnels » qui venaient peut-être de ce qu’ils défendaient des établissements rivaux (Campbell, le Bishop’s College et Fenwick, le McGill College), ils se séparèrent en 1872. Campbell fonda ensuite et dirigea, toujours à Montréal, le Canada Medical Record, dont il se servit pour promouvoir la faculté de médecine du Bishop’s College.

Campbell faisait partie du comité de la faculté qui organisa en 1876 le transfert, au Bishop’s College, du Women’s Hospital of Montreal, dont Jean-Lukin Leprohon* était l’un des fondateurs. Cet établissement devenait ainsi le premier hôpital québécois pour femmes à s’affilier à une université. Les étudiants du Bishop’s College y recevaient l’enseignement clinique et y acquéraient de l’expérience en obstétrique. Campbell faisait de l’assistance à la clinique externe. Avant la fin de 1876, le propriétaire des locaux où logeait l’école de médecine, le docteur Robert T. Godfrey, annonça qu’il souhaitait vendre, mais la faculté hésitait à acheter, peut-être à cause des obligations financières qu’elle avait contractées au moment du transfert. L’année suivante, Campbell se porta lui-même acquéreur de l’immeuble. Par la suite, la faculté accepta d’acheter la propriété, mais ne le fit jamais. En septembre 1879, on parla de louer le Western Hospital of Montreal pour agrandir les locaux du Women’s Hospital, mais aucune décision ne fut prise. À nouveau, Campbell intervint : ce fut lui qui décida de louer l’édifice et de prendre les engagements financiers nécessaires. En 1894 et en 1899, l’établissement emménagea encore dans des locaux plus grands ; ce fut Campbell, président du comité de direction du Women’s Hospital dans les années 1890, qui supervisa ces deux déménagements.

Milicien dès l’âge de 19 ans, Campbell servit dans le 1st Regiment of Volunteer Rifles à Hemmingford et à Ormstown pendant les raids féniens de 1866, puis à Saint-Jean (Saint-Jean-sur-Richelieu) et à Eccles Hill au cours des raids de 1870. En 1886, il fut nommé chirurgien-major dans l’Infantry School Corps. Il fit aussi du journalisme militaire : en 1894, il lança le V. R. I. Magazine. Membre du Montreal Military Institute, il y prononça des conférences et en fut plusieurs années président honoraire. Quand il quitta la milice, en novembre 1898, il reçut le grade honorifique de médecin lieutenant-colonel.

En 1880, le docteur David, premier doyen de la faculté de médecine du Bishop’s College, démissionna pour des raisons de santé. Campbell le suppléa jusqu’en 1882 puis, David étant mort cette année-là, il accéda au titre de doyen. À compter de 1880, il enseigna aussi la théorie et la pratique de la médecine. En juin 1885, il devint médecin assistant au Montreal General Hospital ; il était le premier médecin de cet hôpital à ne pas être professeur au McGill College.

C’est pendant que Campbell était doyen de la faculté de médecine du Bishop’s College que celle-ci admit des femmes. C’était une première au Québec, qui ne dura que de 1890 à 1900, après quoi on fit marche arrière parce que le Bishop’s College n’en retirait pas les avantages escomptés. D’ailleurs, peu d’hôpitaux étaient disposés à permettre aux femmes de faire les stages cliniques nécessaires à l’obtention de l’autorisation d’exercer.

Le Bishop’s College envisageait depuis 1871 de créer un département d’art dentaire. C’est en 1892, pendant le mandat de Campbell, qu’il fut finalement mis sur pied, mais il obtint peu de succès. La faculté de médecine du Bishop’s College amorça en 1895 des pourparlers avec le Collège dentaire du Québec, qui s’affilia l’année suivante à cette faculté de médecine. L’établissement était bilingue et acceptait des femmes. Il fut le premier au Québec à conférer des doctorats de chirurgie dentaire.

Au fil de son existence, Campbell exerça diverses fonctions importantes et reçut de nombreux honneurs. Il fut l’un des vice-présidents de la section de physiologie du Centennial Medical Congress, qui se tint à Philadelphie en 1876. L’année suivante, il accéda à la présidence de la Montreal Medico-Chirurgical Society, et en 1879, à la vice-présidence de l’Association médicale canadienne. Durant plus de dix ans, il fut secrétaire du Collège des médecins et chirurgiens de la province de Québec. Franc-maçon, il officia à titre de maître de la Victoria Lodge. En 1895, le Bishop’s College reconnut ses services en lui décernant un doctorat honorifique en droit civil.

À compter de 1901, Campbell eut à affronter plusieurs difficultés : le Women’s Hospital avait des problèmes financiers, l’immeuble de la faculté de médecine ne convenait plus, le Canada Medical Record cessa de paraître en 1904 à la suite d’une faillite. Puis le malheur le frappa directement. En mai 1904, son fils, le docteur Rollo Campbell, mourut de la typhoïde. Dans le courant de la même année, sa voiture entra en collision avec un tramway électrique rue Sainte-Catherine. On dit qu’il ne se remit jamais complètement de cet accident. En décembre 1904, comme il était évident que la faculté de médecine du Bishop’s College allait sombrer, on entama des négociations avec le McGill College en vue d’une fusion. L’entente fut conclue le 7 mars 1905, en l’absence de Campbell. En avril, son autre fils, Francis Wayland, mourut lui aussi de la typhoïde. Campbell lui-même s’éteignit un mois plus tard, à l’âge de 67 ans, vraisemblablement déçu et brisé.

Francis Wayland Campbell fut l’un des piliers de la faculté de médecine du Bishop’s College, et il fait partie intégrante de l’histoire de cette faculté. On peut voir, à la Bishop’s University de Lennoxville, un portrait de lui et une plaque commémorative.

Elizabeth Hearn Milner

Francis Wayland Campbell est l’auteur de : Introductory lecture, delivered at the opening of the second session of the medical faculty of the University of Bishop’s College, October 2nd, 1872 (Montréal, 1872) ; « War » ; a lecture delivered at the Montreal Military Institute, April 18, 1896 (s.l., 1896) ; The War of 1812–13–14 between Great Britain and the United States ; a lecture delivered at the Montreal Military Institute and before the Numismatic and Antiquarian Society of Montreal in February 1899 (Montréal, 1899) ; History of the formation of the medical faculty, University of Bishop’s College in Montreal (Waterville, Québec, 1900) ; The Fenian invasions of Canada of 1866 and 1870 and the operations of the Montreal militia brigade in connection therewith ; a lecture delivered before the Montreal Military Institute, April 23rd, 1898 (Montréal, 1904).

AC, Montréal, État civil, Presbytériens, St Paul’s (Montréal), 4 mai 1905.— Bishop’s Univ., Arch. and Special Coll. (Lennoxville, Québec), Minutes of the medical faculty, 1871–1905.— MUA, RG 38, c.11-c.12.— Gazette (Montréal), 5, 8 mai 1894.— Atherton, Montreal.— Canada Medical Record (Montréal), 1 (1872)–32 (1904).— Canadian men and women of the time (Morgan, 1898).— Cyclopœdia of Canadian biog. (Rose et Charlesworth).— E. H. Milner, Bishop’s medical faculty, Montreal, 1871–1905, including the affiliated dental college, 1896–1905 (Sherbrooke, Québec, 1985).— Montreal Medical Journal, 34 (1905) : 361.— Physicians and surgeons of America ; a collection of biographical sketches of the regular medical profession, IA. Watson, compil. et édit. (Concord, New Hampshire, 1896).— Univ. of Bishop’s College, Annual announcement of the faculty of medicine, Montreal (Montréal), 1896–1897.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Elizabeth Hearn Milner, « CAMPBELL, FRANCIS WAYLAND », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 13, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 22 déc. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/campbell_francis_wayland_13F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/campbell_francis_wayland_13F.html
Auteur de l'article:   Elizabeth Hearn Milner
Titre de l'article:   CAMPBELL, FRANCIS WAYLAND
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 13
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1994
Année de la révision:   1994
Date de consultation:   22 décembre 2014