DCB/DBC Mobile beta
+

METCALF, WILLIAM GEORGE, médecin, né le 4 juillet 1847 à Uxbridge, Haut-Canada, fils de George Metcalf et de Jane Morphet, venus d’Angleterre en 1845 ; le 31 mai 1876, il épousa Alice Elizabeth Bustin, d’Uxbridge, et ils eurent trois enfants, puis, le 21 juin 1883, Emma Clarke, d’Elora, Ontario, fille de l’honorable Charles Clarke* ; décédé le 16 août 1885 à Kingston, Ontario.

William George Metcalf fit ses études élémentaires à Uxbridge, sauf durant les cinq années que sa famille passa à Ashburn, dans le canton de Whitby. En 1870, il entra à la Toronto School of Medicine, affiliée à l’University of Toronto. La liste par ordre de mérite des étudiants de l’université et le palmarès des aspirants au diplôme de bachelier en médecine attestent que Metcalf sortit premier en chirurgie, second en jurisprudence médicale, troisième en obstétrique et quatrième en médecine. Il devint membre du College of Physicians and Surgeons of Ontario le 12 avril 1872 et reçut son diplôme de docteur en médecine en 1874.

En 1870, en qualité d’étudiant en médecine, Metcalf avait travaillé sous la direction du docteur Joseph Workman*, surintendant de l’asile d’aliénés à Toronto, et, le 7 août 1871, il était devenu son assistant de clinique. Après avoir obtenu son doctorat en médecine, il pratiqua pendant quelques mois à Windsor, Ontario, avant de revenir à l’asile de Toronto, lorsque Workman prit sa retraite en juillet 1875. Il y resta jusqu’en juin 1877, puis fut nommé adjoint au docteur Richard Maurice Bucke*, surintendant médical à l’asile de London. Moins d’un an plus tard, le 4 avril 1878, il accepta le poste de surintendant intérimaire du Rockwood Asylum à Kingston, après que le docteur John Robinson Dickson fut frappé d’incapacité à la suite d’une maladie. Nommé surintendant médical le 20 juin 1879, après que Dickson eut remis sa démission, Metcalf vit son salaire annuel fixé à $1 600 par l’inspecteur des asiles de l’Ontario, John Woodburn Langmuir*.

L’année précédant l’arrivée de Metcalf à Rockwood, la direction de l’établissement avait été transférée du gouvernement fédéral au gouvernement provincial. Ce transfert rompit les liens de l’asile avec le pénitencier fédéral de Kingston, et Metcalf se trouva aux prises avec la tâche ardue de transformer la maison, alors un asile pour aliénés criminels, en un hôpital pour malades mentaux. Il mit tous ses efforts à réaliser le programme qui avait débuté sous John Palmer Litchfield* et avait continué sous Dickson en vue d’accorder aux malades un traitement plus humain. Il abolit les contraintes physiques et créa diverses activités de travail et de récréation, allant de l’entretien du jardin qui approvisionnait la cuisine jusqu’aux concerts et soirées dansantes. Son journal quotidien témoigne de ses progrès. Le 25 février 1880, Metcalf écrivit : « Divertissement – La troupe de théâtre de l’asile a donné sa première représentation ce soir, aidée d’autres personnes de la ville. On a joué The Stage-struck Clerk et pour une première tentative c’était tout à fait digne d’éloges. »

En 1882, Metcalf réussit à persuader son ami et futur beau-frère, le docteur Charles Kirk Clarke*, de venir à Kingston pour y remplir les fonctions de surintendant adjoint. Tous deux avaient été des élèves de Workman, et leur association allait leur fournir l’occasion, longuement attendue, de mettre en pratique les idées dont ils avaient discuté plusieurs années auparavant. Après 1882, les rapports annuels de Metcalf font état de leurs nombreuses innovations. L’asile de Kingston, qui était essentiellement une maison de détention, se transforma en un établissement modèle qui attira des visiteurs de marque, entre autres l’Anglais Daniel Hack Tuke, reconnu comme une autorité dans le domaine des hôpitaux pour malades mentaux. En 1884, celui-ci se dit « très satisfait de l’état des choses [à l’asile de Kingston] ».

À l’asile de London, le docteur Bucke avait institué en 1882 une politique de « porte ouverte » afin d’accroître le sens de la liberté chez les malades. Cette méthode, introduite peu après à l’asile de Kingston, n’était pas sans risques. Elle se révéla d’ailleurs particulièrement tragique du fait que Metcalf fut victime de ses propres réformes. Dans la matinée du 13 août 1885, alors qu’il faisait sa visite avec Clarke, Metcalf fut poignardé dans l’abdomen par Patrick Maloney, un interné qui souffrait de paranoïa. Celui-ci fut par la suite inculpé de meurtre. On tenta par tous les moyens de sauver Metcalf mais il mourut trois jours plus tard. Les docteurs Workman, Daniel Clark*, Bucke, Charles William Covernton*, William Osler* ainsi que l’architecte Kivas Tully* étaient du nombre de ceux qui portèrent le cercueil aux obsèques.

En raison de son jeune âge et de son manque d’expérience, la nomination de Metcalf au poste de surintendant médical avait été critiquée à l’Assemblée législative provinciale. Toutefois, en dépit de ce début peu favorable, il prouva rapidement qu’il était un administrateur courageux et fort compétent. En moins de sept ans, il réussit à surmonter l’opposition du personnel dont l’attitude envers les patients s’avérait extrêmement répressive. L’œuvre qu’il accomplit en transformant la maison de détention pour aliénés criminels qu’était Rockwood en un asile général lui valut le respect de ses collègues à travers le Canada et les États-Unis. Sa mort prématurée aux mains d’un malade libéré par la politique de « porte ouverte » prit un caractère particulièrement déchirant.

Cyril Greenland

AO, RG 10, ser.20-F, Asylum for the Insane (Kingston, Ontario), Medical superintendent’s journal, 1880–1889.— Asylum for the Insane, Kingston, Annual report (Kingston), 1878–1879.— Dominion annual register, 1885.— The Ontario medical register [...] (Toronto), 1874.— Cyril Greenland, Charles Kirk Clarke : a pioneer of Canadian psychiatry (Toronto, 1966).— The institutional care of the insane in the United States and Canada, H. M. Hurd, édit. (4 vol., Baltimore, Md., 1916–1917 ; réimpr., New York, 1973), IV.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Cyril Greenland, « METCALF, WILLIAM GEORGE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 11, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 18 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/metcalf_william_george_11F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/metcalf_william_george_11F.html
Auteur de l'article:   Cyril Greenland
Titre de l'article:   METCALF, WILLIAM GEORGE
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 11
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1982
Année de la révision:   1982
Date de consultation:   18 septembre 2014