DCB/DBC Mobile beta
+

Région de naissance

      Région d’activités

          Activités et autres caractéristiques

              1 à 20 (de 23)
              1  2  
              BRENNAN, MARGARET, dite sœur Teresa
              . Brennan BAC, R2422-0-8, vol. 8, file 51 ; RG150, Acc. 1992-93/166, boîte 5736-3.— BAnQ-E, CE501-S84, 10 févr. 1874
               
              *. En 1893, l’année de son décès, Thomas Joseph Power accueillit Thomas Brennan à titre d’évêque auxiliaire. Premier évêque du diocèse de Dallas, au Texas, cet homme courtois avait été renvoyé à cause de
              [Margaret Brennan*], elles enseigneraient dans des écoles paroissiales et visiteraient les malades et les infirmes, les pauvres et les prisonniers
              du Mont-Saint-Louis. Le quatuor d’attaque de Sainte-Marie, composé de Farrell, de Harry Trihey, de Fred Scanlan et de Jack Brennan, allait devenir la principale arme offensive des Shamrocks
               
              Brennan, De Linctot, guardian of the frontier, Ill. State Hist. Soc., Journal (Springfield), X (1917–1918) : 323–366.
              « hommes-relais », tout comme Amédée Marien, Michel-Thomas Brennan et quelques autres, qui implantèrent les nouvelles techniques étiologiques, diagnostiques et thérapeutiques en sol canadien. Tandis que
               
              n’y a pas de deuxième nom sur son baptistaire), prêtre catholique et médecin, né le 16 juillet 1841 à Halifax, fils de Timothy Morriscy, forgeron et serrurier, et d’Eliza Kehoe, née Brennan
               
              ., Coll., 19 (1910) : 110–111, 141.— G. A. Brennan, The wonders of the dunes (Indianapolis, Ind., 1923).— F. R. Howe, The story of a French homestead in old
              .— Calgary Herald, 1922–1923.— F. W. Anderson, A dance with death : Canadian women on the gallows, 1754–1954 (Saskatoon et Calgary, 1997).— Brian Brennan
              ville, la communauté avait accueilli sa première sœur née au Canada, Margaret Brennan*, dite sœur Teresa. Les religieuses prirent la
               
              l’influence du docteur Michel-Thomas Brennan de l’hôpital Notre-Dame qui y a installé un petit laboratoire de bactériologie –, il décide en 1898 d’effectuer un séjour d’études d’un an à l’Institut Pasteur
               
              devint assistante de la supérieure générale, mère Teresa [Margaret Brennan*], puis procuratrice. Son travail d’administratrice touchait
              ], car Dixon, de race noire, n’eut pas de mal à se faire accepter comme un bon élément. Il attira l’attention sur lui après une série de combats contre Hank Brennan, « la fierté de Boston ». En
              l’asepsie chirurgicale. De retour à l’hôpital Notre-Dame en 1905, Harwood prend la relève du médecin Michel-Thomas Brennan à la direction du service de
              Nous avons éliminé les doublons dans les résultats. Le total des résultats trouvés peut donc ne pas correspondre au total des résultats affichés
              1 à 20 (de 23)
              1  2