DCB/DBC Mobile beta
+

KELLETT, sir HENRY, officier de marine, océanographe, explorateur de l’arctique, né le 2 novembre 1806 à Clonabody, Tipperary, en Irlande, fils de John Dalton Kellett, décédé le 1er mars 1875 à Clonabody.

Henry Kellett entra dans la marine royale en 1822. Il servit cinq ans aux Antilles avant d’être nommé à bord des navires hydrographes commandés par William Fitzwilliam Owen* et Edward Belcher, en Afrique occidentale et aux Indes. Peu de temps après s’être distingué dans la guerre de l’Opium contre la Chine (1840–1841), Kellett fut promu au grade de capitaine de vaisseau. En 1845, on lui confia le commandement de la frégate Herald pour effectuer des travaux hydrographiques sur la côte ouest de l’Amérique centrale. Durant les étés de 1848, de 1849 et de 1850, lui et son navire furent libérés de ce service pour participer avec le capitaine T. E. L. Moore du Plover, alors en station dans le détroit de Kotzebue, en Alaska, à la recherche des bateaux disparus de sir John Franklin*. En poursuivant cette tâche, Kellett découvrit l’île Herald dans l’arctique russe en 1849, y débarqua et aperçut au loin l’île de Wrangel. Le 31 juillet de l’année suivante, non loin du cap Lisburne (près de la sortie nord du détroit de Béring), il rencontra Robert McClure, capitaine de l’Investigator, navire de secours pour l’expédition de Franklin ; McClure s’était séparé de son commandant, le capitaine Richard Collinson* de l’Enterprise. McClure ayant l’intention de passer directement à travers les glaces sans attendre son escorte, Kellett lui fit remarquer que ce projet était déraisonnable mais il ne se prévalut pas de son grade supérieur pour interdire cette entreprise.

En 1851, l’Herald rentra en Angleterre et son équipage fut mis en congé. Malgré six années d’expéditions épuisantes, Kellett accepta dès son retour le commandement du Resolute. Au printemps de 1852, il partit comme officier en second dans l’expédition menée par sir Edward Belcher qui avait reçu l’ordre de poursuivre les recherches pour retrouver Franklin en passant par le détroit de Lancaster. Belcher laissa le North Star à l’île de Beechey comme ravitailleur et il remonta le détroit de Wellington avec son bateau, l’Assistance ; et avec le Pioneer. Il envoya le Resolute et son bateau annexe l’Intrepid, commandé par le célèbre voyageur de l’arctique, le capitaine de frégate Francis Leopold M’Clintock*, à la recherche de Franklin dans la région de l’île de Melville ; en cas de nécessité, ils porteraient secours à l’Investigator, dont on était sans nouvelles depuis des mois mais qui devait se trouver dans ces parages.

Les navires de Kellett mouillèrent pour l’hiver à l’île de Dealy, au large de la côte sud de l’île de Melville. À l’automne, une équipe sous les ordres du lieutenant de vaisseau George Frederick Mecham* se rendit à Winter Harbour, à 50 milles à l’ouest. On trouva là un document enterré par McClure indiquant que l’Investigator avait découvert un passage au nord-ouest, puis avait été pris dans les glaces dans la baie de Mercy, sur le littoral nord de l’île de Banks. L’hiver arctique était trop avancé, il faudrait attendre le printemps suivant pour envoyer des secours. Au mois de mars 1853, par un froid intense, le lieutenant Bedford Pim* entreprit en traîneau à chiens un voyage de 160 milles à travers le détroit du Vicomte-Melville pour annoncer à McClure l’arrivée des secours. L’Investigator fut abandonné sur l’ordre de Kellett ; son équipage, affamé et en proie au scorbut, fut ramené à travers les glaces à l’île de Dealy.

Pendant ce temps, en suivant les instructions de Kellett, M’Clintock et Mecham effectuèrent de grandes randonnées en traîneau, ne trouvèrent aucune trace de Franklin mais ajoutèrent les îles d’Eglinton et du Prince-Patrick à la carte de l’arctique.

Sur le chemin de retour, les bateaux de Kellett furent pris dans les glaces à l’extrémité ouest du détroit de Barrow et passèrent l’hiver de 1853–1854 près du cap Cockburn. En avril, Belcher, qui se trouvait encore dans le détroit de Wellington, envoya à Kellett l’ordre d’abandonner ses navires bloqués par les glaces et de conduire à pied leurs équipages et les hommes de l’Investigator jusqu’au dépôt, dans l’île de Beechey. Kellett protesta que ses bateaux n’étaient pas suffisamment en danger pour que cet abandon fût justifié, mais il n’eut d’autre choix que d’obéir. Belcher abandonna lui aussi ses deux navires ; tous les équipages furent ramenés dans leurs foyers sur le North Star et sur deux navires ravitailleurs durant l’été. L’ordre écrit de Belcher exigeant de Kellett l’abandon de ses bateaux contribua à l’acquittement immédiat de celui-ci lorsqu’il dut passer en cour martiale pour les pertes occasionnées ; de plus, Kellett fut complimenté par le président de la cour pour les services qu’il avait rendus. L’opinion de Kellett fut confirmée à l’automne de 1855 lorsque l’Américain James Buddington, patron d’un baleinier, trouva le Resolute, dérivant dans la baie de Baffin, et le ramena à New London (Connecticut) puisqu’il était encore gouvernable et capable de tenir la mer. Le Congrès des États-Unis fit l’acquisition de l’épave et l’offrit à la reine Victoria après l’avoir remise en état. Une table fabriquée avec ses madriers de chêne se trouve aujourd’hui dans la Maison Blanche, en souvenir de cet acte de générosité.

Le parlement britannique vota un crédit de £10 000 au bénéfice de McClure et de son équipage pour la découverte d’un passage au nord-ouest. (En 1855, on ne savait pas encore avec certitude que les équipages perdus de Franklin avaient devancé McClure en découvrant un passage équivalent par le détroit de Victoria.) Les équipages de Kellett, sans lesquels les hommes de l’Investigator auraient inévitablement péri, s’attendaient à recevoir une part de cette gratification. Toutefois, McClure s’arrangea pour garder la totalité de la somme pour lui et son équipage, en déclarant devant un comité parlementaire, avec une ironie dénuée de scrupule, qu’il aurait ramené ses hommes sains et saufs sans l’aide de Kellett. Les hommes d’équipage et les sous-officiers de l’Investigator n’approuvèrent pas cette attitude ingrate. Au cours d’une réunion qui eut lieu en l’honneur d’Alexander Armstrong*, médecin à bord de l’Investigator, ils en profitèrent pour exprimer leurs remerciements au lieutenant Pim, et implicitement à Kellett, sans qui, dirent-ils, « beaucoup parmi nous n’auraient jamais revu la vieille Angleterre ». Kellett fut très affecté de voir ses services ainsi dédaignés, surtout à cause de ses hommes qui avaient enduré bien des maux l’hiver précédent en partageant leurs quartiers et leur couchage avec un surcroît de 60 matelots de l’Investigator.

Par la suite, Kellett assuma des commandements aux Antilles et en Chine, puis il se retira dans sa ville natale de Clonabody où il mourut en 1875.

Outre le sauvetage de McClure et les travaux d’hydrographie effectués par M’Clintock et Mecham sous ses ordres, Kellett passe, auprès des écrivains soviétiques, pour avoir été le premier à faire des levés hydrographiques dans l’est de l’arctique russe. L’explorateur canadien, le capitaine Joseph-Elzéar Bernier* a rendu un hommage exceptionnel à ses qualités professionnelles. Nombreux sont les témoignages sur sa bonté et le mal qu’il se donnait pour maintenir le moral et la bonne humeur de ses hommes dans les circonstances difficiles. L’impétueux « Jacky » Fisher, qui servit sous Kellett en Chine, le trouva antipathique au premier abord : « Il n’y a chez lui pas la moindre étincelle religieuse, il ne va jamais à l’église et cela, ajouté au fait qu’il est Irlandais, me pousse à me méfier de lui » ; mais bientôt il succomba à son charme, déclarant : « il [Kellett] est si plein de bonté à mon égard. »

Leslie H. Neatby

Baker Library, Dartmouth College, Stefansson Coll., Grinnell Scrap-Book, coupures de journaux, circa octobre 1854.— A. A. Armstrong, A personal narrative of the discovery of the north-west passage ; with numerous incidents of travel and adventure during nearly Five years’ continuous service in the Arctic regions while in search of the expedition under Sir John Franklin (Londres, 1857).— Edward Belcher, The last of the Arctic voyages ; being a narrative of the expedition in H.M.S. Assistance, under the command of Captain Sir Edward Belcher, C.B., in search of Sir John Franklin, during the years 1852–53–54 (2 vol., Londres, 1855).— J. A. Fisher, Fear God and dread nought : the correspondence of Admiral of the Fleet Lord Fisher of Kilverstone, A. J. Marder, édit. (3 vol., Londres, 1952–1959), I.— [McClure], Discovery of the north-west passage (Osborn).— G. F. M’Dougall, The eventful voyage of H.M. discovery ship « Resolute » to the Arctic regions in search of Sir John Franklin and the missing crews of H.M. discovery ships « Erebus » and « Terror », 1852, 1853, 1854 [...] (Londres, 1857).— J. A. Miertsching, Frozen ships ; the Arctic diary of Johann Miertsching, 1850–1854, trad. et introd. par L. H. Neatby (Toronto, 1967).— B. C. Seemann, Narrative of the voyage of H.M.S. « Herald » during the years 1845–51, under the command of Captain Henry Kellett [...] being a circumnavigation of the globe and three cruises to the Arctic regions in search of Sir John Franklin (2 vol., Londres, 1853).— DNB.— J.-E. Bernier, Report on the dominion of Canada government expedition to the Arctic Islands and Hudson Strait on board the D.G.S. « Arctic » [19081909] (Ottawa, 1910).— C. R. Markham, Life of Admiral Sir Leopold McClintock (Londres, 1909).— L. H. Neatby, In quest of the north-west passage (Toronto, 1958).— V. IU. Vize (Wiese), Morīā Sovetskoi Arktiki (Leningrad, 1939).— Noel Wright, Quest for Franklin (Londres, 1959).— F. H. Burns, H.M.S. « Herald » in search of Franklin, Beaver, outfit 294 (automne 1963), 3–13.— L. H. Neatby, McClure and the passage, Beaver, outfit 291 (hiver 1960), 33–41.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Leslie H. Neatby, « KELLETT, sir HENRY », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 30 août 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/kellett_henry_10F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/kellett_henry_10F.html
Auteur de l'article:   Leslie H. Neatby
Titre de l'article:   KELLETT, sir HENRY
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1972
Année de la révision:   1972
Date de consultation:   30 août 2014