DCB/DBC Mobile beta
+

Nouvelles du DBC/DCB

FR:UNDEF:public_sidebar_new_caption

FR:UNDEF:public_sidebar_updated_caption

Biographie du jour

MOORE, FRANCES – Volume IV (1771-1800)

décédée le 23 janvier 1789 à Sleaford, dans le Lincolnshire

La Confédération

Le gouvernement responsable

Sir John Alexander Macdonald

De la colonie de la Rivière-Rouge au Manitoba (1812–1870)

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports et sportifs

Les Fenians

Les femmes dans le DBC/DCB

FR:UNDEF:public_special_conferences_1864_caption

FR:UNDEF:public_special_essays_caption

FR:UNDEF:public_special_acadians_caption

FR:UNDEF:public_special_explorers_caption

La guerre de 1812

Les premiers ministres du Canada en temps de guerre

La Première Guerre mondiale

Titre original :  Early Canada Historical Narratives -- ABRAHAM  MARTIN'S FARM

Provenance : Lien

MARTIN, ABRAHAM (dit « l’Écossais » ou « Maître Abraham »), pilote, né en France en 1589, mort à Québec le 8 septembre 1664.

Martin arriva en Nouvelle-France vers 1620 avec sa femme, Marguerite Langlois, sa sœur Françoise et son beau-frère Pierre Desportes (les parents d’Hélène Desportes). Martin a pu être d’ascendance écossaise, ou il a pu prendre le sobriquet, soit qu’il servît dans l’armée, soit qu’il fît partie d’une organisation clandestine : ces noms étaient employés pour masquer l’identité des déserteurs, ou celle des membres d’une organisation illégale au cas où ses documents seraient saisis. Il est également possible qu’on l’ait appelé ainsi parce qu’il avait accompli plusieurs voyages en Écosse durant sa jeunesse. On n’est pas absolument sûr qu’il ait été pilote officiel, encore qu’on lui ait parfois donné le titre de « pilote du roi » de son vivant. En tout cas, il est prouvé qu’il se livra à la pêche jusque dans le golfe du Saint-Laurent.

Les plaines d’Abraham seraient ainsi appelées à cause de lui. Une anecdote pittoresque rapporte que la « Côte d’Abraham » était le sentier emprunté par Martin pour descendre à la rivière Saint-Charles abreuver ses animaux. Son domaine comprenait 32 arpents (environ 48 acres) en tout, 12 arpents octroyés par la Compagnie de la Nouvelle-France en 1635 et 20 reçus en cadeau du sieur Adrien Du Chesne, chirurgien naval de Pierre Legardeur de Repentigny en 1645. Cette propriété fut vendue par la famille Martin aux Ursulines en 1667. Il est possible qu’il s’agisse du même Martin employé par Jean de Biencourt et Du Gua de Monts comme navigateur sur la côte de l’Acadie, bien qu’il fût alors très jeune. Lorsque David Kirke prit Québec en 1629 et laissa son frère Lewis comme gouverneur jusqu’en 1632, Martin et sa famille demeurèrent à Québec. Plus tard, Martin baissa dans l’estime de ses concitoyens, lorsqu’il fut accusé de conduite répréhensible envers une jeune fille de Québec. Il fut emprisonné le 15 février 1649 pour ce motif.

Les archives indiquent qu’Abraham Martin et Marquerite Langlois eurent neuf ou dix enfants. Anne Martin, née en France et mariée le 17 novembre 1635 à Jean Côté, n’était probablement Pas la fille d’Abraham. Eustache, baptisé le 24 octobre 1621 et filleul d’Eustache Boullé, fut le premier Canadien de naissance. Marguerite, née le 4 janvier 1624 et mariée le 22 mai 1638 à Étienne Racine, eut de nombreux descendants, y compris, les deux évêques Racine. Hélène, née le 21 juin 1627, était la filleule de Samuel de Champlain. Elle épousa d’abord Claude Étienne, en 1640, puis Médard Chouart Des Groseilliers, le 3 septembre 1647. Charles-Amador*, né le 7 mars 1648, filleul de Charles de Saint-Étienne de La Tour, fut le second prêtre né au Canada. Il est possible que le frère Dominique Scot, mentionné dans les Relations des Jésuites comme s’étant rendu en Huronie encore jeune homme, ait également été l’un de ses fils. On peut aussi supposer qu’un jeune homme qui est désigné comme s’étant rendu en Huronie à la même époque (1634–1635) fut Eustache Martin.

Henry B. M. Best

Coll. de manuscrits relatifs à la Nouv.-France, I : 61.— JR (Thwaites).— P.-B. Casgrain, La Fontaine d’Abraham Martin et le Site de son habitation, MSRC IX (1903), sect. i : 145155.— Dionne, Champlain.— A. G. Doughty and G. W. Parmelee, The siege of Quebec and the battle of the Plains of Abraham (6 vol., Quebec, 1901),II : 289–309.— John Knox, An historical journal of the campaigns in North America for the years 1757, 1758, 1759 and 1760, ed. A. G. Doughty (3 vol., Champlain Séc., VIII-X 1914–16), II : 97, note.— J. M. LeMoine, The Scot in New France, an ethnological study (Montreal, 1881).— É.-Z. Massicotte, Au sujet d’Anne Martin, BRH, XXVIII (1922) : 116s.— Léon Roy, Anne Martin, épouse de Jean Côté, BRH, XLIX (1943) : 203s.— P.-G. Roy, La Ville de Québec.

Bibliographie générale

FR:Citations

FR:UNDEF:public_citation_style_default FR:

Information to be used in other citation formats

Permalink: http://www.biographi.ca/fr/bio/martin_abraham_1F.html
Author of Article:   Henry B. M. Best
Title of Article:   MARTIN, ABRAHAM (dit « l’Écossais » ou « Maître Abraham »)
Publication Name:   FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 1
Publication Details:   FR:UNDEF:public_citation_publisher, 1966
Year of publication:   1966
Year of revision:   1986
Access Date:   23 janvier 2022