DCB/DBC Mobile beta
+

Nouvelles du DBC/DCB

Nouvelles biographies

Biographies mises à jour

Biographie du jour

RAMSAY, GEORGE, 9e comte de DALHOUSIE – Volume VII (1836-1850)

né le 22 octobre 1770 à Dalhousie Castle, Écosse

La Confédération

Le gouvernement responsable

Sir John Alexander Macdonald

De la colonie de la Rivière-Rouge au Manitoba (1812–1870)

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports et sportifs

Les fenians

Les femmes dans le DBC/DCB

Les conférences de Charlottetown et de Québec en 1864

Les textes introductifs du DBC/DCB

Les Acadiens

Module éducatif

La guerre de 1812

Les premiers ministres du Canada en temps de guerre

La Première Guerre mondiale

Les beaux-arts


Le peintre Charles Huot s’attira des louanges pour son talent artistique et le caractère nationaliste de ses œuvres. En 1900, à l’occasion de son exposition à l’Hôtel du Parlement, à Québec, un critique fit cette observation :

« La première chose qui frappe le visiteur [...] c’est [...] le caractère national, quasi patriotique, de l’œuvre […] Le parfum de canadianisme qui s’en exhale de toute part est exquis. » Les paysages et les scènes de genre inspirées des habitants de l’île d’Orléans, où Huot passe ses étés depuis quelques années, trouvent en effet un écho favorable chez les tenants du clérico-nationalisme. L’attachement à la religion et à la tradition domine alors le discours des Canadiens français, qui se reconnaissent et se projettent dans certains sujets traités par le peintre.

 

Thomas John (Tom) Thomson, dont les paysages influencèrent le groupe d’artistes le plus célèbre du Canada, le groupe des Sept, peignit des images emblématiques de l’Ontario dans les années 1910 :

Par l’entremise de ses collègues de travail, des expositions et de l’Arts and Letters Club, Thomson attira peu à peu l’attention de ces hommes qui, en 1920, formeraient le groupe des Sept, la première école nationale d’art du Canada. Stimulés par le nationalisme de leur temps, dont le thème du Nord, cher à la littérature canadienne-anglaise, était l’une des composantes, et par les paysages nordiques exposés en 1913 par des symbolistes scandinaves à Buffalo, dans l’État de New York, ces peintres en vinrent à proclamer que la nature sauvage faisait la force du Canada, que cette force se trouvait dans le Nord et que des techniques populistes, inspirées des arts appliqués, étaient préférables aux méthodes « conçues à l’étranger ». Le fait qu’ils étaient tous des citadins du Sud et qu’ils avaient acquis leurs techniques artistiques à l’étranger ne les dérangeait pas le moins du monde.

 

Pour en apprendre davantage sur la représentation du Canada dans les arts visuels après la Confédération, nous vous invitons à explorer les biographies suivantes.

◀◀  36 37 38 39 40 41 42 43 44  ▶▶