DCB/DBC Mobile beta
+

Région de naissance

      Région d’activités

          Activités et autres caractéristiques

              61 à 80 (de 393)
              1...2  3  4  5  6  ...20
              . Conservateur résolu, Kirkpatrick influença la scène politique dans les comtés de Kingston et de Frontenac ; il s’intéressa également à la politique locale. Il fut élu premier maire de la ville de
               
              Meulles et, après le départ de ce dernier, en 1686, il travailla avec son père au greffe du Conseil souverain. Le 1er mars 1693, il reçut, à la demande de Frontenac
               
              administratifs, il ne participa à aucune des grandes expéditions militaires de l’époque, sauf lorsqu’il accompagna Buade* de Frontenac en 1673 au lac
              Brisay* de Denonville dans son expédition contre les Tsonnontouans et il signa, le 19 juillet, le procès-verbal de la prise de possession de leur pays. Frontenac [V
              * de Frontenac, gouverneur du Canada, avait envoyé en émissaire auprès des Iroquois. Les Iroquois appelaient Schuyler « Quider » qui était leur façon de prononcer Peter. D’après Parkman, un
               
              année, à peine débarqué pour entreprendre son second mandat de gouverneur, Buade* de Frontenac l’envoya en toute hâte à Cataracoui (fort
               
              . Jean Blain Estat des employs vaquans ausquels Monsieur le comte de Frontenac [...] a pourvue en l’année 1690 [...], BRH
               
              Le Gardeur de Courtemanche. L’attaque, qui faisait partie d’une série d’incursions que projetait Buade* de Frontenac contre
               
              habitant de Batiscan, le mari châtia l’impertinent à coups de hache. De plus, au début de 1694, le turbulent officier fut dénoncé à Frontenac
               
              remplaça Alphonse Tonty* comme commandant du fort Frontenac (Kingston, Ont.), où il dut souvent faire usage de nombre de dialectes indiens qu’il
               
              menées contre les Anglais et lia des relations suivies avec les tribus d’Indiens abénakis. Pendant l’hiver de 1689–1690, Buade* de Frontenac
               
              premier préfet des comtés unis de Frontenac et de Lennox et Addington (1849–1857). La grande influence dont il jouissait sur la scène municipale lui permit de promouvoir l’adoption de la loi concernant
              gouverneur Buade* de Frontenac céda à bail aux deux associés le poste qu’il avait fondé à Cataracoui (fort Frontenac), point stratégique du commerce
               
              Buade* de Frontenac, avec qui il servit pendant neuf ans, il ne semble pas que Champigny ait été doué d’un grand charme personnel. Sa correspondance officielle, ne donne que très peu de preuves
               
              l’expédition de Buade* de Frontenac contre les Iroquois, Crisafy est chargé, avec le capitaine Raymond
              Noyan entra dans les troupes de la Marine ; il fut promu enseigne en 1712, lieutenant en 1722 et capitaine en 1729. En 1721, il servit pendant une courte période comme commandant du fort Frontenac
               
              * de La Salle, commis et sous-directeur du Domaine du roi (1681–1682), premier secrétaire du gouverneur Louis de Buade* de Frontenac
               
              Buade* de Frontenac en 1673, dans une expédition au lac Ontario et participa à la construction du fort Frontenac (Kingston, Ont.). En 1678, il est envoyé par les autorités en mission à la baie
              Buade* de Frontenac, en 1682, que Kondiaronk se fit remarquer pour la première fois. Pendant que l’orateur outaouais gémissait sur le sort des siens
               
              * de Frontenac qui alla fonder le fort Cataracoui (Frontenac) au lac Ontario en 1673. Il fit parfois la traite des fourrures ; les archives nous révèlent qu’en 1678 il avait une loge à la foire
              61 à 80 (de 393)
              1...2  3  4  5  6  ...20